Y a-t-il un fardeau mental à partir pour la maternité ?

Photo of author

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Avant la naissance, on se prépare à gérer la douleur, prendre soin d’un bébé, anticiper le post-partum. Mais qu’en est-il de la charge mentale et logistique de faire le tour de la maternité ? Vous avez besoin d’avancer ? De cette angoisse de devoir tout quitter le jour J ?

Comme quand tu pars en vacances, quand tu accouches, tu rentres chez toi quelques jours. Sauf que, contrairement aux vacances, on ne connaît généralement pas l’heure de départ à l’avance ! Idéalement donc, tout doit être prêt pour partir en urgence, et éviter de devoir se loger dans un état lamentable, les bras chargés d’un nouveau-né, la tête et le corps en vrac.

Accouchement : se tenir prêt à partir

Si le coparent reste à la maternité jour et nuit, ce qui est de plus en plus fréquent, il arrive que personne ne vienne au domicile des parents pendant quelques jours. Sur le même sujet : L’incroyable projet de Cyndie (mariée au premier regard) d’avoir un bébé toute seule !. Les protocoles Covid ont même parfois interdit aux coparents de quitter la maternité pendant la durée du séjour dans les suites de couches.

Dans les dernières semaines de grossesse, certaines femmes enceintes décident de prévoir un départ rapide. Cela signifie prendre les commandes, garder le logement propre, garder toujours un œil sur la nourriture qui va bientôt périmer, ou encore préparer une to-do list pour les traversées de dernière minute. jeter les ordures avant de partir pour la maternité.

Toute cette anticipation peut générer de l’anxiété, et cette préparation logistique n’est encore souvent portée que par les femmes.

« Je nettoyais régulièrement pour que la maison soit propre avant mon départ », raconte Léna. « J’ai pensé à la lessive pour ne pas avoir de machine à laver dans la machine quand je suis absent, j’ai aussi arrêté de commander des choses 3 semaines avant ma date d’accouchement parce que j’ai peur d’avoir un colis qui attend quand j’arrive à la maternité.

Au final, quand les travaux ont commencé, bien sûr il y avait du linge à étendre. Mon ami s’en est occupé lorsqu’il a dû appeler sa mère, à 45 minutes de chez nous, pour s’occuper de notre fils, vérifier la valise et m’aider à gérer les contractions. Il a fait une liste pour que sa mère pense à nourrir le chat, lui explique le rythme du gros, etc. »

« Dès le début de ma première grossesse, j’ai fait un rétro planning des tâches, des listes, des tableaux Excel. » expliquait Clémence. « Mois par mois je savais où j’en étais entre les courses de vêtements, le lavage, le séchage, le matériel pour ranger la valise, la vaisselle. pour le post-partum…

Pour la deuxième grossesse, je suis venue au bout, car nous n’avions quasiment plus de courses à faire. J’ai fait une matrice d’Eisenhower pour organiser tout le chaos dans ma tête et le répartir sur les dernières semaines, du plus urgent au moins urgent : préparation des repas à l’avance, nettoyage de l’appartement, valises, fiches récapitulatives pour la Naissance, la formation hypnobirthing, etc. Je savais qu’il y aurait des gens dans notre maison quand nous serions partis, alors je me suis juste assuré qu’il y avait toujours de la nourriture, que nous étions à jour avec la lessive et que l’appartement était aussi propre que possible afin que nous puissions maintenant peut partir sans souci. »

Pendant ce temps, Alexia s’étonne :

« A 37 semaines d’aménorrhée, j’ai fait un tour, j’ai pensé que je serais calme ces dernières semaines et que je pourrais me reposer. La nuit je me suis réveillé, après avoir craqué le sac avec de l’eau, je suis allé à la maternité sans la valise, et m’a dit que ce n’était pas ça. Ils m’ont gardée, alors j’ai donné à mon amie les dernières consignes pour finir la valise. Le lendemain, je n’avais toujours pas accouché, je suis allée à mon Drive destiné être livré dans l’après-midi ! Mon amie ne savait pas « comment » alors j’ai appelé moi-même le service client de la maternité pour leur dire d’annuler l’accouchement. »

Au contraire, pour d’autres ce souci logistique n’existe pas.

« On y a laissé trois chats, frigo plein, commandes en cours, poubelle pleine, litières et je ne sais pas dans quel état. Mon gars a pensé à mettre de l’eau et des croquettes sur les chats et on est partis. moi, même dans les jours qui ont précédé l’accouchement. Le deuxième jour, mon ami est vite allé voir comment allaient les chats, et il a fait un peu le ménage » se souvient Manon.

Ce produit naturel est le plus efficace contre les mouches dans la maison (et ce n'est pas du vinaigre blanc) !
Sur le même sujet :
Enivrantes, les mouches peuvent rester longtemps enfermées dans votre intérieur. En fait,…

Faire sa valise de maternité

Jusqu’à récemment, des articles de magazines pour parents, ou d’autres livres sur la grossesse, recommandaient aux mères de préparer un petit sac pour leur partenaire, afin qu’il puisse avoir une paire de sous-vêtements de rechange et un peu de monnaie pour prendre un café. Cette infantilisation et cette charge mentale supplémentaire sont désormais plutôt excusées, mais en réalité, qui prépare le plus la valise de maternité et les affaires du bébé ? Sur le même sujet : Parents : Quand le bébé pleure la nuit, qui se lève le plus souvent ?.

à lire  Santé. Changement de temps : votre bébé est-il affecté ?

« J’ai préparé la liste de colisage maternité et je l’ai partagée sur Google Drive avec mon petit ami afin qu’il puisse la vérifier à son départ », explique Lena.

De son côté, Clémence a préparé la valise à l’avance, « mais mon mari savait généralement ce qu’il y avait dedans, et il y avait une petite liste dedans avec des choses qui pouvaient être ajoutées ou faites au dernier moment ».

D’autres témoignages recueillis vont dans le même sens : la future maman s’occupe généralement de préparer la valise, parfois très tôt, parfois non, et d’ajouter une liste de choses (papier ou virtuelle) pour que le coparent puisse la terminer à votre départ .

Il faut donc éviter de s'endormir devant la télé
Lire aussi :
Beaucoup d’entre nous ont tendance à s’endormir devant une série ou un…

Séjour à la maternité : prévoir la garde de l’aîné

Si vous êtes déjà parent, outre la logistique du départ en congé maternité, il y a aussi celles de l’aînée à prendre en charge. Si pour certaines familles un grand-parent ou une nounou est prêt à venir chercher l’enfant au pied levé, quelle que soit l’heure de la naissance, pour d’autres c’est un vrai casse-tête à organiser. Lire aussi : 4 aliments pour vous aider à vous endormir et éviter de vous réveiller la nuit. Les parents sollicitent leurs connaissances et élaborent un horaire de garde digne d’une multinationale qui s’étend sur plusieurs semaines.

Les parents de Laetitia et son mari habitent à 4-5 heures d’eux :

« Nous avons donc fait un Google Doc basé sur les jours et les heures (divisés en jour/soir/nuit) avec lequel était notre plan A, et pour la plupart des jours un plan B au cas où.

La crèche acceptait de prendre en charge notre aîné les jours où il n’était pas là d’habitude, sinon nous comptions sur des amis, ou parfois sur des parents de passage. On a eu du mal à trouver des gens pour boucher les quelques trous ! se souvient-elle. « On a même regardé s’il y avait un service de paiement pour ça, par exemple avec des agences de baby-sitting, mais non. Cependant, nous ne sommes pas les seules à avoir du mal à prendre soin des personnes âgées lors de l’accouchement ! »

Clémence et son mari ont déménagé à l’autre bout de la France au début de sa deuxième grossesse, ce qui a compliqué la prise en charge de sa fille aînée.

« Nous avons pensé à une baby-sitter ou à une garde d’enfants via une agence, mais c’était difficile à planifier car nous ne savions pas combien de temps cela prendrait. Au final, ma meilleure amie m’a proposé de venir chez nous, elle est venue s’installer alors que j’avais 37 semaines d’aménorrhée et a dormi sur notre canapé lit pendant 1 mois, car je suis née après avoir accouché. Un ami en or ! L’inquiétude de l’aînée a été ma plus grande inquiétude pendant la grossesse et un grand soulagement lorsqu’elle a été résolue. »

En plus de la garde des enfants, il faut aussi penser à faire le sac de l’enfant s’il doit dormir ailleurs qu’à la maison. Un bagage qui s’ajoute à la valise de maternité, et au sac pour l’accouchement, un vrai faux départ pour les vacances !

Avez-vous aussi ressenti le besoin de faire avancer au maximum la logistique, pour entrer en maternité le plus sereinement possible ? Le coparent a-t-il participé à cette organisation ?

Lire aussi :

Lire aussi :
Qui est enceinte dans famille nombreuse ? Quelle famille reste dans la…

Quel est le meilleur sport pour le mental ?

Pas de surprise, l’arrivée d’un enfant renforce les inégalités hommes-femmes dans le monde professionnel

Plus d’articles sur

Naissance

  • Cette charge n’est pas également répartie dans le couple et est encore majoritairement supportée par les femmes, ce qui souligne les inégalités sur le marché du travail. Outre son impact sur les inégalités professionnelles, la charge de travail mental affecte également le bien-être des femmes.
  • Afin de ressentir les bienfaits de l’activité physique sur la santé mentale, il est conseillé de s’adonner à une activité physique d’une trentaine de minutes au moins 3 fois par semaine. Par exemple, vous pouvez faire du yoga, de la natation, du vélo, de l’escalade ou des sports d’équipe.
  • Quel est le sport le plus dur mentalement ? Une bonne force mentale est une composante nécessaire au succès, peu importe le sport que vous pratiquez. Chaque discipline, à sa manière, a son propre ensemble d’exigences psychologiques.
  • Quels sports vous vident l’esprit ? Quels sports pratiquer pour se défouler ?
  • La boxe pour libérer ses pulsions.
  • Le cyclisme, pour vous dépasser dans le rythme.

Quel est le meilleur sport contre la dépression ?

Dansez pour profiter de son énergie abondante.

Squash, pour extérioriser.

Nager pour se libérer l’esprit.

Quel sport pour le stress l’anxiété et la dépression ?

Courir pour relâcher la pression.

Courir, nager, faire du vélo… L’activité physique régulière réduit les symptômes des personnes déprimées. Pour de nombreux patients, ce serait même le traitement le plus efficace et le plus sain.

Quel est le meilleur sport pour la santé mentale ?

Comment se débarrasser définitivement de la dépression ? La psychothérapie est le moyen le plus efficace pour sortir de la dépression rapidement et définitivement. Il s’agit d’une solution thérapeutique qui permet de poser un diagnostic précis de ce que l’on ressent et vit, mais aussi de déterminer les causes de la dépression.

à lire  Mon enfant dort bien pendant les vacances : que faire ?

Quand le cerveau est saturé ?

Quel sport pour calmer l’anxiété ? Parier sur le sport « La marche, le jogging, le vélo, le yoga, le fitballet, le roller derby ou encore la danse sont d’excellents moyens de se défouler et de réguler l’anxiété », note Amélia Lobbé.

De nombreuses activités sportives ont un effet positif sur le stress : natation, tir, yoga, tai chi, équitation, sports nautiques, etc. L’exercice incite le corps à produire des hormones appelées endorphines.

L’exercice réduit-il le stress? Pendant l’exercice physique, des hormones du bien-être, les endorphines, sont libérées. Vous vous sentez mieux, votre niveau d’anxiété est réduit et votre sommeil se calme. L’exercice permet également au cerveau de libérer de la dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans les mécanismes de récompense.

Comment faire pour faire reposer son cerveau ?

Des séances quotidiennes d’exercices physiques d’intensité modérée à élevée d’une durée de 15 à 30 minutes suffisent pour procurer les bienfaits recherchés, par exemple : marche, course et vélo.

On parle aussi de surcharge cognitive ou d’épuisement par saturation. La saturation, ou surcharge cognitive, se produit lorsque le cerveau doit traiter plus d’informations qu’il ne peut en traiter. Il est tout simplement submergé par le volume de demandes qui lui parviennent.

Quand la charge mentale est trop élevée ? un sentiment de culpabilité, l’impression de ne jamais être à la hauteur des autres, une grande fatigue physique et mentale, des troubles du sommeil : troubles du sommeil, insomnie ou réveils nocturnes, des troubles de l’humeur : irritabilité, accès de colère à outrance pour des détails par exemple.

Comment reposer son cerveau rapidement ?

Que faire quand on est saturé ? Si la situation devient trop difficile, vous devriez consulter un médecin ou un psychiatre pour décider si vous avez besoin de repos pour éviter le surmenage et le syndrome d’épuisement professionnel. Il peut prescrire un arrêt de travail, plus ou moins long selon votre situation.

Le yoga et la méditation sont des exemples bien connus de pratiques relaxantes. Les exercices de visualisation positive ou de relaxation musculaire progressive sont tout aussi efficaces.

Qui porte la charge mentale ?

Comment se reposer mentalement ? Si vous le pouvez, faites une sieste de 5 à 20 minutes chaque jour. La sieste restaure le système nerveux et calme le stress. Pratiquez la relaxation. Quelques séances de sophrologie peuvent vous aider à atténuer votre fatigue mentale.

Quel est le meilleur repos cérébral ? – faites des pauses d’au moins 10 minutes toutes les 90 minutes : un cerveau actif brûle 20 à 25 % du glucose de l’organisme, ce qui produit des déchets qu’il doit éliminer pour régénérer les cellules neuronales.

Concentrez-vous sur des activités amusantes. Les activités de détente, comme le sport, sont toujours bonnes pour le cerveau grâce à la libération d’endorphines : « Le mieux est de se faire plaisir en pratiquant ce sport au moins une fois par semaine », précise Fanny Mougel.

Comment ouvrir le cerveau ? Les neurones ont besoin d’oxygène et de glucose pour fonctionner. Il est recommandé de les nourrir avec des acides gras et des glucides complexes, de boire beaucoup, mais aussi de pratiquer un exercice physique d’intensité moyenne trois fois par semaine (vélo, footing, marche…), à raison de trente minutes par semaine . session.

C’est quoi la fatigue émotionnelle ?

La charge mentale du ménage (ou ménage) est un principe de sociologie qui traite de la charge cognitive supportée par les adultes, souvent les femmes, dans le cadre de la gestion quotidienne du ménage.

Quelle est la charge mentale des femmes? Qu’est-ce que la charge mentale pour vous ? La charge mentale est la course contre la montre. C’est à nous de trouver le temps de faire beaucoup de choses. Les femmes sont conditionnées par l’éducation, la culture, les coutumes, l’environnement familial.

Quels sont les deux composants de la tension mentale ? Comme nous l’avons vu, la « charge mentale » comprend trois composantes : temporelle, psychologique et cognitive.

Quelle est la charge mentale dans un couple ? La chercheuse Nicole Brais définit la charge mentale comme « un travail de gestion, d’organisation et de planification, qui est à la fois immatériel, incontournable et constant, et qui satisfait les besoins de chacun et la résidence fonctionne bien ».

Qu’est-ce que la charge mentale et comment agir dessus ?

L’épuisement émotionnel est un état de surcharge face à l’effort. On ne parle pas seulement de dérives professionnelles, mais aussi du poids des conflits, des responsabilités ou des stimuli de type émotionnel ou cognitif. L’épuisement émotionnel ne se produit pas du jour au lendemain.

La fatigue est-elle une émotion ? Grâce à toutes ces données, le cerveau s’occupe de nous maintenir ou plutôt de maintenir notre équilibre vital et crée de la fatigue, qui selon Timothy Noakes devient une émotion plutôt qu’un événement physique.

Quel sont les 3 aspects de la santé mental ?

Comment reconnaître la fatigue émotionnelle ? L’épuisement émotionnel n’est pas facile à reconnaître. Elle se manifeste par une modification de vos émotions et de vos réactions, qui peuvent être aggravées (réactions agressives, irritabilité) ou au contraire atténuées (perte d’intérêt et de joie).

Comment savoir si vous souffrez d’un trouble émotionnel ? Les signes et symptômes psychologiques les plus courants chez les personnes atteintes d’un trouble de l’humeur sont les suivants : humeur dépressive ou profonde détresse ; une perte d’intérêt très importante de la personne pour des activités qu’elle trouvait autrefois agréables ; Pensées suicidaires.