Une balade en canoë en Suède, une aventure au cœur de la nature nordique

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Avec des milliers de lacs sauvages, la Suède offre d’innombrables possibilités de canoë. Bien sûr, l’idée d’y ramer me tentait, moi et ma femme, depuis longtemps. Ce n’est donc pas sans une certaine fébrilité que nous nous retrouvons début juin sur les rives du lac Halen dans le comté de Blekinge, dans le sud du pays.

Résumé : Canoë en Suède

Nous avons rendez-vous avec Éléonore, une agence de voyage qui organise ici des séjours « gratuits ». Dans la nature, cela signifie que du matériel technique, une carte topographique et quelques conseils utiles pour ce voyage sont fournis, que nous gérerons en toute autonomie sur le terrain, sauf bien sûr en cas de gros soucis. Après quelques hésitations, nous parvenons à mettre la nourriture et le matériel dans l’un des deux conteneurs de 45 litres ou dans notre Sealline Boundary de 115 litres. Contrairement à nos habitudes, nous n’avons pas cherché à optimiser le volume et le poids de nos bagages et nous n’avons pas hésité à emporter avec nous des affaires confortables, des hamacs, des aliments frais… Ultra-léger, il le sera encore ! Et ça tombe bien, car la capacité de charge de notre kayak est de 400 kg ! – Impressionant !!

10 bonnes raisons de partir en Canoë trip en Suède

10 bonnes raisons de partir en Canoë trip en Suède

Matelas Emma : la meilleure literie au meilleur prix
Lire aussi :
installée le 03/03/2022 à 11:46, Mis à jour le 03/03/2022 à 11:18Emma…

Premiers coups de pagaie

Premiers coups de pagaie

Notre objectif est d’atteindre le lac Immeln le plus rapidement possible. D’abord parce que c’est le point le plus éloigné de la base et qu’il nous permettra d’estimer le temps de retour nécessaire, mais aussi parce que c’est une grande étendue d’eau où le vent peut soulever une forte vague et nous plaquer au sol. moment. Dans l’eau, chacun de nous essaie de trouver le bon rythme. Sur le même sujet : Le marché des couches-matelas connaîtra une croissance fantastique d’ici 2028 – Jeunes Express. A l’arrière, je prends le temps de bien sentir les coups de rame qui me permettent de bien diriger le kayak. A l’avant, Fanny nous dirige vers l’ouest, dans l’isthme d’un lac étroit.

Sous le ciel sans nuage, on admire les paysages, grands espaces d’eaux calmes aux lisières de forêts dans lesquelles se mêlent pins, chênes, bouleaux et trembles. La traversée du lac Halen est assez courte et nous sommes déjà à la traversée qui nous sépare de l’autre lac. Le chariot attaché au kayak permet d’effectuer le « transport » sans trop de difficulté. Notre route nous fait ensuite contourner une large bande de terre et remonter le lac Raslången au nord, le long de la côte rocheuse de gneiss polie par la dernière période glaciaire. Le lac est calme et le kayak coule silencieusement au rythme hypnotique de nos avirons jusqu’à ce qu’il se rétrécisse.

Avec des rivages escarpés, un bon courant et beaucoup de cailloux dans l’eau, l’idée de faire du kayak ici a été vite abandonnée, d’autant plus qu’on a oublié de prendre la corde. C’est donc un nouveau transfert pour franchir le seuil qui nous attend. Je pars en éclaireur pour évaluer la difficulté du transport. Le verdict est court mais très raide. La descente présente également deux petites difficultés, un tronc tombé en travers du chemin et un décollage très raide sur des plaques rocheuses lisses. Le sac à dos se porte sur le dos de l’homme lors du premier voyage, le kayak suit le second. Le tout nous prend une bonne heure et sonne comme installer un camp et profiter du camping.

Ceci pourrez vous intéresser :
Le matelas est l’une des parties les plus importantes du lit. Il…

De Raslången à Immeln par le lac Filkesjön

De Raslången à Immeln par le lac Filkesjön

04h15, après seulement cinq heures d’obscurité, le soleil se lève et illumine le ciel de nuances violettes. Sur le même sujet : Comment obtenir une chambre supplémentaire ? La réponse à 10 réalisations professionnelles incroyables !. Le camping sur notre petite île est calme, à peine dérangé par le chant des bécassines et les remous d’un petit rapide à proximité. Quelques heures plus tard, nous sommes de retour sur l’eau, promettant une journée bien remplie, avec pas moins de trois obstacles à franchir, dont le plus coriace.

Le premier, assez simple, est à quelques coups de pagaie de votre voyage de camping. Il faut aller à contre-courant, un peu serré. Le courant est trop fort pour pagayer et est donc immergé jusqu’au milieu des cuisses, il faut donc pousser le kayak à contre-courant. Le deuxième obstacle suit une plate-forme étroite et raide qui grimpe une cinquantaine de mètres de pente raide puis plonge de l’autre côté avant de gravir plusieurs centaines de mètres de dos d’âne. Malgré le ciel nuageux et une brise fraîche, emmener un kayak de 38 kilos et au moins autant d’équipement au lac Filkesjön nous donne un bon échauffement ! Nous savons que le dernier obstacle est également assez proche, alors prenez le temps de faire une pause eau suivie d’un bon arrêt pique-nique. Le ciel se fait de plus en plus lourd, et sous les premières gouttes de pluie, nous portons le kayak sur un kilomètre et demi sans trop de difficulté. Nous voici sur les rives du lac d’Immeln, le paysage se dissolvant dans une atmosphère capitonnée de brumes puis disparaissant dans une crue orageuse.

Tous nos conseils pour bien choisir son surmatelas
Ceci pourrez vous intéresser :
Comment choisir un surmatelas ? Chaque literie, quelle que soit la marque…

Sur le lac Immeln

Sur le lac Immeln

Notre tente Hilleberg Anjan 2 GT a une fois de plus montré son endurance et nous avons dormi au sec. Les prévisions météorologiques d’aujourd’hui annoncent un ciel plus clair avec une légère brise le soir. Lire aussi : Comment réagir aux piqûres d’insectes pendant les vacances ? Voici les conseils d’un…. Nous décidons donc de prendre un peu de temps pour explorer tranquillement le nord du lac avant d’atteindre la rive ouest pour redescendre vers le sud.

Nos muscles endoloris par l’effort de la veille se détendent peu à peu et nous avançons sans effort sur les eaux sombres du lac. Par rapport aux lacs précédents, Immeln offre un véritable changement d’échelle. Beaucoup plus gros, plus large, on devine facilement les limites de notre kayak dans l’eau si ouverte aux vents. Comme pour confirmer ce sentiment, le vent se lève peu après le pique-nique de midi. Force 3, en rafales 5, venant du sud. En d’autres termes, nous l’avons en « pleine poire ». Nous devons nous battre sérieusement, espérons-le intelligemment avec soulagement.

Nous abandonnons rapidement l’idée d’atteindre le tout bout du lac et nous dirigeons vers l’une des rares îles autorisées pour le camping, les autres sont réservées à la nidification des oiseaux. C’est un petit paradis qui s’offre à nous. Joli bois de chênes, sorbiers et pins qui nous protège du vent, un espace bien plat pour une tente, un emplacement pour un feu pour qu’il n’y ait pas de charbon partout et des toilettes sèches. C’est un grand réconfort dans l’eau douce du lac, dans laquelle on se baigne pour un bain bienvenu ! Des arbres parfaitement placés et des sous-bois de baies nous permettent d’installer des hamacs. Avec des jumelles autour du cou j’essaye une nouvelle activité : un hamac d’ornithe 😉 Et pour être honnête, ça marche bien ! Apaisés par notre immobilité, les oiseaux volent lentement, sur quelques mètres seulement. Mésange, pinson, moucherolle et même le rare pic tridactyle vont et viennent comme si nous n’étions pas là, et une minuscule couleuvre se glisse sous les hamacs.

La rive Est du lac Immeln

La rive Est du lac Immeln

L’orage nocturne s’était calmé au petit matin. Mais la météo annonçait la reprise des hostilités dès le tout début d’après-midi, 7 Beauforts étaient annoncés en rafales. Des conditions qui devraient également perdurer le lendemain.

Nous décidons donc de passer les trois prochains jours à visiter les lacs sur notre route de retour. Pour cela, il faut d’abord revenir sur la rive orientale du lac d’Immeln. Une grande réserve naturelle garantit la paix pour les balbuzards qui nichent ici. Comme c’est souvent le cas dans les pays scandinaves, tout se passe bien, et les autorités y ont installé un campement, mêlant conservation de la nature et activités douces.

Nous profitons d’une matinée tranquille pour pagayer et naviguer au gré de nos envies. Ici on nage dans une baie profonde aux eaux envahies de végétation, renouée, pemphigus – plantes aquatiques carnivores ! – et des nénuphars jaunes, là on navigue le long d’une série d’îlots minuscules surmontés d’arbres avec un port pavillon formé par le vent. Le rythme de rame est naturel et demande moins d’effort au quotidien. Un immense chêne signifie votre arrivée au camping. Ses énormes branches font office de remparts contre le vent qui s’est mis à souffler violemment quelques minutes après notre atterrissage. Thé, hamac, observation des oiseaux, lecture et observation du coucher de soleil… le bonheur parle de lui-même.

5e jour, le crux

Les grimpeurs diraient de cette cinquième journée que c’est le nœud, le point décisif, l’enchaînement des difficultés. Quelques coups de rames contre le vent, le matin fort, un kilomètre et demi de drague, la même somme à la rame, une grosse montée jusqu’à la jetée, descente, puis un petit rapide pour nager dans l’eau et enfin la dernière errance raide avec le tronc couché sur le chemin.

Pas de miracle, le portage du trajet extérieur est à faire sur le chemin du retour. Mais cette journée intense se passe finalement mieux que prévu. Les boîtes de conserve sont devenues plus légères, nous nous soucions davantage d’équilibrer les charges et nous avons sans doute acquis un peu plus d’expérience. En tout cas, rien ne nous empêche de profiter de la beauté des lieux, d’admirer un couple de balbuzards pêcheurs au nid ou le vol ondulant d’un grand pic noir de la taille d’un corbeau. Avec des berges assez escarpées ou envahies de roseaux, nous avons un peu galéré pour trouver notre campement en fin de journée. Enfin, c’est un endroit avec une jolie vue sur le lac du haut, ce qui nous permet de poser la tente à plat pour soulager le dos fatigué par les aléas de la journée.

Rencontre arctique

Le lac Raslången, où nous campons, a une forme sinueuse, pleine de baies et de fjords qui invitent à l’exploration. Le ciel du sixième jour est chargé, quelques gouttes tombent, et le brouillard ajoute une ambiance nordique. Alors que nous nageons avec notre bras le plus à l’ouest, un cri étrange – profond et montant crescendo – remplit l’air ; c’est un saut arctique. Et quelle est notre surprise lorsque nous voyons l’un d’eux arriver et atterrir à quelques mètres de notre kayak. Son bec en forme de poignard et son envergure de près de cinq pieds sont impressionnants. Mais on comprend vite le but de sa visite, un autre adulte accompagné d’un tout petit poussin se trouve à quelques mètres. C’est une tentative de nous distraire. Nous quittons donc cet endroit rapidement pour le laisser tranquille.

Après une dizaine de milles de navigation, nous atteignons une toute petite île où aura lieu notre dernier camping. Nous y sommes aussi très discrets, limitant nos déplacements au minimum, car un peu tard après avoir monté la tente, nous découvrons que quelques chevaliers guinetka – un petit échassier – accompagnent le poussin encore maladroit.

Comment soutenir I-Trekking ? Par exemple, partager cet article ou faire des achats auprès de nos partenaires (veuillez ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez qu’en cas de besoin). Il existe de nombreuses autres façons de soutenir I-Trekkings. En savoir plus ici.

Nos meilleurs partenaires par ordre alphabétique :

Retour à Halen

Un lever de soleil extravagant suit une journée pluvieuse et très venteuse la veille. On se met rapidement à l’eau pour profiter de la matinée qui s’annonce agréable. La beauté de ce voyage en kayak ne réside pas dans la grande variété de paysages, mais dans son caractère sauvage et sa variété de petits détails.

Ce matin, les baies tranquilles abritent de nombreux nénuphars en fleurs, les rives mélangées par des forêts d’aulnes, de trembles et de saules avec des roches de gneiss rouge. Par jeu, nous nageons au plus près des rochers, malgré la présence de hauts-fonds qui nous conduisent souvent jusqu’à la ligne de fond. On découvre plusieurs maisons à l’architecture typiquement suédoise, pans de bois rouge et charpente peinte en blanc. L’un d’eux abrite d’innombrables kayaks bien rangés, nous voilà déjà de retour au point de départ, sous le cri terrifiant des goélands, curieux de notre passage.

Carnet pratique Canoë trip en Suède

Canoë trip en Suède, les étapes

Il y a 4 lacs : Halen, Raslången, Filkesjön et Immeln.

Difficultés

Pas de démarche, à vous de composer selon votre propre forme ou envie. Les quatre lacs et leurs coins et recoins sont accessibles en 7 jours, en naviguant sereinement à une vitesse d’environ 15 kilomètres par jour.

En plus de l’exigence de base de savoir nager, la maîtrise de la technique de l’aviron vous permettra de profiter pleinement de l’expérience sans fatigue excessive. Mais ce n’est pas un pré-requis, et si vous êtes inexpérimenté, prévoyez vos premières journées tranquilles, le temps d’adopter des gestes d’aviron, pas de « trucs ».

Une autre compétence technique utile est de savoir réagir en cas de renversement d’un canoë (un risque assez faible au regard de la stabilité du bateau).

Sur le lac, la principale difficulté est due à la force du vent, il est donc important de consulter la météo tous les matins. En cas de vent fort (≥4 Beaufort) il est intéressant de comprendre de quelle direction il vient afin d’optimiser la navigation et ainsi réduire votre effort.

Quand partir en Canoë trip en Suède ?

Enfin, des « portails » pour se déplacer d’un lac à l’autre mobilisent beaucoup d’énergie. Il y en a 4 au total : Brotorpet – 500m / Getatorpet – 200m / Baggebro – 25m / Alltidhult – 1500m. Certains porteurs ne posent pas de difficultés autres que de mettre le kayak (environ 38 kg à vide) sur le chariot et le remorquage, d’autres demandent de vider le kayak afin de pouvoir le tirer/pousser sur des rampes en bois assez raides ou éviter des obstacles (ex : arbre les troncs). Rien à battre si vous êtes en forme.

Où dormir ?

Juin est une période idéale car les journées sont longues et les températures relativement douces. La fréquentation à cette période est également moins importante qu’en plein été, ce qui rend la navigation et le camping plus « intimistes » et calmes. Les moustiques ne font pas encore trop la fête. Les jours sont beaucoup plus courts en septembre, mais vous apprécierez les magnifiques couleurs de l’automne scandinave.

Comment y aller ?

Sur chacun de ces lacs se trouvent des campements équipés de tentes et/ou abris avec foyer (avec bois à disposition), toilettes sèches et parfois poubelles. Ils sont répertoriés sur la carte fournie par Travel Base. Il est également possible de monter une tente à l’extérieur de ces camps, tant qu’elle ne se trouve pas dans une zone protégée (ils sont également répertoriés sur la carte) ou à proximité d’habitations. La solution idéale est de trouver un endroit légèrement exposé au vent, ce qui réduira les désagréments du « moustique ».

Avec qui partir ?

En quittant Travel Base, vous avez accès à des solutions de voyage optimisées budget et carbone, avec des départs en autocar de Paris, Bruxelles. Il est également possible de rejoindre un voyage en kayak en Suède en avion arrivant à Copenhague suivi d’un transfert vers le lac. Pour ceux qui souhaitent faire le tour avec leur propre équipement, le voyage est disponible avec leur propre véhicule, qui peut être laissé au camping.

Quel équipement prévoir pour le Canoë trip en Suède ?

Le canoë-kayak est une balade proposée par le bureau Travel Base. Il s’agit d’un séjour gratuit. L’agence propose du matériel de kayak (bateau, gilets, avirons, poussette, carte topographique) et la présence d’un réceptionniste, un ranger francophone qui vous accueille à la base et vous explique tout pour votre séjour en toute tranquillité. Vous pouvez également choisir à la carte d’organiser le transport par Travel Base, la location de matériel de camping, une offre alimentaire variée et de qualité. L’application vous guide pas à pas dans toutes les étapes de votre séjour.

Equipement de navigation (fourni par l’agence):

Equipement de navigation (à prévoir à vos côtés) :

Comment limiter votre impact ?

Équipement de temps à terre :

Que voir, que faire après votre Canoë trip en Suède ?

Pagayez discrètement pour observer les orignaux discrets et les nombreuses espèces d’oiseaux du lac, et évitez de piétiner la végétation. Restez silencieux lorsque vous campez par respect pour la faune et les autres campeurs de la région. En raison de vos besoins naturels, faites un trou et prenez du papier hygiénique ou brûlez-le dans le foyer (le risque d’incendie est élevé dans la région). Les foyers d’incendie ne se multiplient pas, ils sont déjà nombreux. Enlevez tous les déchets, y compris les restes de repas (vous pouvez également fournir un sac poubelle pour collecter les déchets que vous rencontrez)

Quelle rivière descendre en kayak ?

De nombreux sentiers de randonnée bordent les lacs, ils font partie de Skåneleden, un réseau de 1 300 kilomètres divisé en 6 tronçons qui traverse le sud de la Suède et permet de découvrir la région sous un autre angle.

Partir en randonnée canoë longue durée Il existe des programmes de 4 jours sur l’AVEYRON, l’ALLIER, la DORDOGNE et la LOIRE, pour un séjour avec encore plus de jours de 5 à 7 jours, l’ALLIER propose une distance de 105 km, 120 km sur la DORDOGNE et plus à 149 km en 8 jours pour la LOIRE.

  • Où pratiquer le canoë-kayak ? 11 spots de kayak uniques en France & # xd83d ; & # xdef6 ;
  • Gorges du Verdon : Nagez dans des eaux turquoises. …
  • Cassis : kayak au bord du Cap Canaille. …
  • Vallon Pont d’Arc et son célèbre Pont d’Arc. …
  • La Loire et ses châteaux majestueux. …
  • Collias et le célèbre Pont du Gard. …

Quel fleuve descendre en kayak ?

Grand Morin en Ile de France.

Où se pratique le canoë ?

Zambèze. Les chutes Victoria, l’une des 7 merveilles du monde, marquent l’écart entre deux grands tronçons du fleuve Zambèze, célèbre pour ses grandes quantités d’eau vive, ses vagues et ses nombreux rapides. Qui, soit dit en passant, sont montrés dans tous les grands films de kayak.

Le canoë-kayak se pratique en eaux calmes (étangs, lacs, canaux, rivières), en eaux vives (rivières, ruisseaux) et en milieu marin (mer, estuaires, océans, etc.).

Ou Fait-on du kayak ?

Où aller pour un kayak gonflable ? Les Gorges du Verdon sont l’un des meilleurs endroits pour se baigner en kayak gonflable. En effet, vous traverserez des paysages naturels magnifiques et très impressionnants. Vous pourrez également profiter des petites plages pour vous détendre et vous baigner dans les eaux turquoises des gorges.

Qui pratique le canoë ?

Les kayaks modernes proviennent principalement de l’Alaska, du nord du Canada et du sud-ouest du Groenland.

Quelle est la différence entre le canoë et le kayak ?

Une personne qui pratique le canoë-kayak est appelée un « canoéiste » ou parfois un « ceist ». Le kayak est parfois confondu avec le kayak (bateau inuit), toutes les embarcations à rames sont souvent désignées en français par « kayak-kayak ».

Dans un kayak, vous êtes assis les jambes allongées dans le bateau, tandis que dans un canoë, vous pouvez vous asseoir les jambes pliées ou à genoux. Le canoéiste utilise une double rame tandis que le canoéiste utilise une seule rame.

Pourquoi Dit-on canoë-kayak ?

Quel est le vrai nom du kayak ? Un canoë ou canoë, également appelé canoë au Canada et canoë canadien en France, est un type de canoë léger à rame unique conçu pour la navigation sur les rivières et les lacs.

Quelle est la différence entre un kayak et un canoë ?

Rame simple et une position à genoux pour le canoéiste, une double rame et une position assise pour le canoéiste. Les deux mots canoë et kayak sont associés au nom du sport qu’ils partagent, le canoë.

Quel âge pour le canoë ?

Différences entre le canoë et le kayak En kayak, vous êtes assis sur les fesses assis dans le siège, les jambes allongées et légèrement fléchies, et les pieds reposent dans les repose-pieds. Dans un kayak de randonnée, vous êtes assis sur un banc, à genoux et jambes repliées.

Où faire de la barque en Île-de-france ?

Le kayak demande de savoir nager 25 mètres et une immersion habile de la tête. Les enfants ne peuvent pratiquer cette activité qu’à partir de 6 ans.