Tunisie : Kaïs Saïed ou la poussée autoritaire d’un président

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Ils rendaient la justice. Maintenant, ils le demandent. Ils ont trois personnes qui vont faire une grève de la faim. Début juillet, ils occupent le club des juges, une villa à colonnades au nord de Tunis.

Très affaiblis, alourdis par la chaleur, ils somnolent sur les matelas à même le sol. L’un d’eux ouvre les rideaux et réveille doucement les autres, recroquevillés. Après huit jours de jeûne, les médecins constatent déjà une détérioration de l’état de santé. Ils font partie des 57 juges qui ont été révoqués le 1er juin par le président tunisien, Kaïs Saïed. Sur quelle base? Ils l’ignorent.

Pâle, les yeux fiévreux, Hammadi Rahmani enfile les tongs sur le canapé. Cinq jours plus tard, il sera transporté d’urgence à l’hôpital. A 49 ans, il est, ou plutôt a été, conseiller à la Cour de cassation. Ses pairs le décrivent comme « un certain génie », « un expert en blanchiment d’argent », un ancien champion d’échecs qui a un jour battu Garry Kasparov.

« Rien à me reprocher », a-t-il déclaré. Sans doute au-delà de mes positions. Je travaille dans une société civile et défends les principes de démocratie et de liberté. Le 25 juillet 2021, alors que Kaïs Saïed prend les pleins pouvoirs en déclarant l’état d’urgence, un juge s’exclame un « coup d’Etat » sur sa page Facebook. « Le président n’a pas aimé. Il m’a visé dans un de ses discours. »

Son voisin, Ramzi Bahria, 38 ans, au visage sérieux et anguleux, n’a jamais exprimé la moindre opinion politique. dans

Cet article est destiné aux abonnés uniquement. Pour en savoir plus, profitez de nos offres à partir de 1 €

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt du cookie analytique par Google.