Quelles mesures devez-vous prendre pour protéger votre enfant contre la bronchite ?

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Une épidémie flagrante de bronchiolite se propage en France, affectant les services de pédiatrie débordés. Comment protéger votre enfant et quand devez-vous vous inquiéter ? Voici les étapes que vous devez suivre.

La légère épidémie de brochiolite touche non seulement la région parisienne, mais tout le pays. Pourtant, en Ile-de-France, la situation est critique : les services de réanimation pédiatrique sont saturés. Le ministre de la Santé François Braun a observé « le pic le plus important en matière d’épidémie de bronchiolite » en Ile-de-France le 1er novembre à l’hôpital Necker à Paris.

31 enfants malades ont dû être transportés « depuis l’Ile-de-France », rapporte le ministre. Ce dernier a annoncé le lancement d’un plan d’action immédiat pour alléger le fardeau du système de santé et permettre une bonne prise en charge de tous les enfants.

Selon l’agence régionale de santé (ARS), la région Ile-de-France est en phase endémique depuis le 3 octobre. La bronchiolite, infection respiratoire virale très contagieuse qui touche principalement les enfants de moins de 2 ans, continue de se propager. Cette maladie est « caractérisée par une gêne respiratoire, dont les signes sont une toux et une respiration rapide et sifflante », décrit service-public.fr.

Mais comment stopper cette propagation et protéger votre enfant ? Voici quelques conseils.

Eviter les contacts

Tout d’abord, la bronchiolite peut se transmettre par les sécrétions bronchiques (éternuements, aspersion, toux, mouchage…) ou par contact entre personnes (par exemple, en s’embrassant), prévient ameli.fr. Les mains et/ou le contact avec des objets souillés de salive peuvent également favoriser la propagation de cette maladie. Voir l’article : Cdiscount : Une sélection des meilleures offres du moment sur la puériculture. Dès la sortie de la maternité et dans les premiers mois de la vie du bébé, plusieurs « gestes barrières » sont préconisés.

Pensez à vous laver les mains et votre bébé régulièrement, « avec du savon liquide pendant 30 secondes », précise Ameli. Surtout après avoir soigné des animaux, pris les transports en commun, été aux toilettes, avant de cuisiner ou de manger et avant tout contact avec le bébé. Les articles pour enfants (jouets, couvertures, tétines, etc.) doivent également être nettoyés souvent.

à lire  Une technique de sommeil nocturne rapide : 7 idées efficaces

Limitez également les visites des proches à la sortie de la maternité, ainsi que vos sorties dans les lieux publics durant les trois premiers mois de l’enfant. Si l’enfant a des frères et sœurs, excluez-les de l’enfant s’ils présentent des symptômes d’infections virales. Si vous avez vous-même un rhume, éternuez dans votre coude et n’hésitez pas à porter un masque lorsque vous vous occupez de votre bébé.

Il est également fortement recommandé d’aérer la chambre des enfants pendant au moins 10 minutes.

Ceci pourrez vous intéresser :
Quel est le meilleur moyen de se reposer ? Comment se reposer…

Que faire si votre enfant a des symptômes ?

Si le bébé présente des symptômes, emmenez-le rapidement chez le médecin. Sur le même sujet : A partir de quel âge les bébés peuvent-ils dormir sur le ventre ?. Si vous remarquez des signes alarmants chez votre bébé, appelez rapidement Sam au numéro 15 ou 112.

De quels signes devez-vous vous préoccuper ? Si votre bébé n’a pas d’appétit et ne boit pas la moitié d’un biberon ou ne tète pas, vomit constamment, dort tout le temps, manque d’énergie ou pleure de façon inhabituelle, appelez le 911 immédiatement. A l’inverse, s’il a du mal à dormir et est agité, ce comportement doit également être surveillé et porté à l’attention des professionnels de santé. De même s’il a de plus en plus de problèmes respiratoires.

L’urgentiste pédiatre à l’origine du compte @to.be.or.not.toubib met également en garde contre le daltonisme dans son livre Urgences ou pas urgences. « Si votre enfant est pâle ou que ses lèvres et/ou ses extrémités deviennent bleues, c’est un symptôme qui doit vous alerter », prévient-elle.

Lire aussi :
Est-ce que Romane est enceinte ? Je ne suis pas enceinte. Je…

Quel est le principal agent pathogène de la bronchiolite aiguë de l’enfant ?

Environ 75 % des cas de bronchiolite sont causés par le VRS. Voir l’article : Le mode militaire permet de s’endormir efficacement en quelques minutes. Les causes peuvent également être d’autres virus : virus parainfluenza, métapneumovirus, adénovirus, virus de la grippe, coronavirus et rhinovirus.

à lire  Land of Stenay. The chapel of the Faubourg de Cervisy has found its hero

Qu’est-ce que la bronchiolite chez le nourrisson ? La bronchiolite aiguë du nourrisson est une infection virale contagieuse qui touche environ 480 000 enfants chaque hiver. Elle touche les bronchioles (petites bronches) des bébés et se caractérise par un épisode de difficultés respiratoires dont les signes sont une toux et une respiration sifflante rapide.

Qu’est-ce qui cause la bronchiolite? La bronchiolite est associée à une infection par le virus respiratoire syncytial (VRS). Ce virus est potentiellement grave pour les jeunes enfants (surtout la bronchiolite du nourrisson), mais il touche aussi les personnes âgées.

Sur le même sujet :
Doit-on laisser le bébé pleurer la nuit ? Le réveiller pendant qu’il…

Qu’est-ce qui aggrave un rhume ?

Des études ont montré que le stress est l’une des principales causes d’un système immunitaire affaibli et peut être exacerbé par le tabagisme (y compris le vapotage) ou la consommation d’alcool.

Comment éviter qu’un rhume ne s’aggrave ? Tu as un rhume. Améliorez votre quotidien !

  • Restez au chaud et reposez-vous.
  • Nettoyez votre nez avec des vaporisateurs nasaux à l’eau de mer.
  • Buvez beaucoup, surtout des boissons chaudes.
  • Ne surchauffez pas la chambre.
  • Veiller à une humidification suffisante de la chambre.

Quel est le pire jour d’un rhume ? Jour 1 à 2 : Mal de gorge et éternuements. Jour 3 à 4 : intensification du mal de gorge, nez qui coule. Même si les symptômes sont encore limités, nous sommes le plus contagieux durant ces quatre premiers jours. Jour 5 à 7 : Le froid est à son comble.