« On est fatigués : chaque année, on a le droit d’attaquer » : depuis la trêve, Gaza pleure ses morts

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

L’attaque d’Israël contre le Jihad islamique à Gaza vendredi et la violente escalade militaire qui a suivi ont fait 46 morts parmi les Palestiniens.

Dans une pièce aux murs nus, lundi 8 août, des femmes en noir éventent une jeune mère allongée à peine consciente. Dehors, dans la chaleur étouffante de l’après-midi à Beit Hanoun, au nord de Gaza, la foule s’est séparée pour laisser passer les adolescents, tenant à portée de main un matelas sur lequel gisait un petit corps enveloppé dans une couverture. Hanine Abu Qaida, 9 ans, est conduite auprès de ses proches pour un dernier adieu. Il est le 45e des 46 Palestiniens victimes de l’escalade meurtrière à Gaza déclenchée par une attaque israélienne contre le Jihad islamique le vendredi 4 août, qui s’est terminée par un cessez-le-feu signé le dimanche soir 7 août.

Samedi, sa famille célébrait justement le mariage de son oncle, dont la splendeur a été quelque peu diminuée par les bombardements. La mère du marié, Oum Walid, 60 ans, attendait la mariée devant chez elle, sur les marches au bord d’une petite rue sablonneuse dans un quartier résidentiel. Hanine était dans la voiture, juste à côté d’elle. Soudain, un missile tiré par un drone a explosé entre le véhicule et la porte, tuant Oum Walid sur le coup. Des éclats d’obus ont blessé Hanine, son frère et deux autres enfants.

« La mariée était sous le choc, elle a pleuré de façon incontrôlable, elle a essayé de déchirer sa robe, elle a couru chez les voisins. Tout cela a-t-il un sens ? Des filles blessées, en tenue de soirée, maquillées, n’est-ce pas ? Avons-nous le droit de le faire ? s’exclame Iman Abu Qaida, 34 ans, la cousine du marié. Ils affirment tous que personne dans la famille n’était lié à des combattants islamistes. « Nous sommes le Fatah ici », a déclaré l’oncle de la jeune fille Ismail Abu Qaeda, 51 ans, un rival laïc du Hamas, qui dirige Gaza.

Il reçoit les condoléances dans une autre pièce, avec les hommes ; bouillant d’une colère triste. « Je sais par expérience qu’il y aura une autre escalade, plus violente. Au niveau militaire, il n’y a pas de consensus, chaque geste marche pour lui-même, explique l’homme, les yeux noirs et brillants fixés sur les yeux de l’interlocuteur. Et nous vivons dans une prison géante et personne n’est responsable de nous : ni le Hamas, ni l’Autorité palestinienne, ni Israël. »

Table des matières

« Voilà le mariage qu’on lui offre ! »

« Voilà le mariage qu’on lui offre ! »

Gaza, sous blocus israélien – soutenu par l’Egypte – depuis 2007, sort épuisée de cet incalculable round de violences meurtrières entre Israël et l’un des groupes armés de l’enclave, moins d’un an après la guerre de mai 2021 qui a fait 260 morts. . morts du côté palestinien et 13 du côté israélien en onze jours de combats. Lire aussi : Au Sud, malgré la crise, « l’économie résiste », assure la Banque de France. Le confinement, avec son lot de pauvreté, de chômage, la lente détérioration des conditions de vie quotidiennes de quelque 2,3 millions de Gazaouis en quinze ans, s’ajoute au traumatisme des guerres et des opérations militaires qui se sont succédé à un rythme soutenu au cours des dernières années. décennie.

Là encore, chaque camp revendique de modestes victoires tactiques au prix de lourdes pertes civiles : Israël prétend avoir décimé le haut commandement du Jihad islamique, le deuxième groupe le plus puissant de Gaza après le Hamas ; le mouvement islamiste menace de reprendre les hostilités si deux de ses prisonniers ne sont pas libérés.

Dans les rues du camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de l’enclave, les gens passent devant des chaises en plastique noir, du café et des dattes. Une femme récite les enseignements du Coran avec frénésie pour calmer Najwa Abu Hamad, 46 ans. « Quand j’ai entendu frapper, je me suis dit : mon fils est parti, il est mort martyr, j’ai marché dans la rue, c’était le chaos, les ruines, la poussière, on ne voyait rien, je regardais, je l’ai reconnu à cause de ses vêtements, » La mère de Khalil Abu Hamada, 19 ans, qui est mort avec huit autres personnes dans un attentat à la bombe le samedi 6 août, s’est effondrée.

Il était son fils unique, une situation rare dans la bande de Gaza, où les familles ont tendance à être nombreuses – sa mère a dû recourir à plusieurs FIV avant de pouvoir accoucher. « Il voulait se marier pour lui donner des petits-enfants rapidement », sanglotait sa sœur, Jawaher Abu Hamada, au milieu d’un ballet incessant de femmes du quartier venues présenter leurs condoléances. Et voilà, voilà une demande en mariage ! Nous sommes opprimés. Des tentes sont dressées pour chaque « martyr » aux alentours : proches et voisins viennent partager la douleur des familles sous des portraits géants des défunts aux couleurs criardes.

Sur le même sujet :
La qualité de votre sommeil dépend de nombreuses variables, notamment votre matelas,…

« Toute la famille aurait besoin d’un psy »

« Toute la famille aurait besoin d’un psy »

Devant la Tour Palestine, au centre de la ville de Gaza, les habitants de l’immeuble se retrouvent sous une bâche bleue. Ils sont tous issus des classes supérieures ; ici les rues sont plus larges qu’ailleurs dans l’enclave surpeuplée, les appartements de grande hauteur répondent à un certain standard. Ceci pourrez vous intéresser : Emma One : ce matelas d’entrée de gamme est-il pertinent ?. Le bâtiment a été le premier à être bombardé : là, les Israéliens ont tué l’un des commandants de la branche armée du Jihad islamique, Tayssir Al-Jabari, en milieu d’après-midi. C’était vendredi, jour de repos hebdomadaire dans l’enclave : les enfants jouent dehors, les adultes se retrouvent en famille ou font la sieste.

Les copropriétaires assurent que le commandant du Jihad islamique était là en visite, il n’habitait pas dans l’immeuble. Les Israéliens ont lancé sept bombes de petit diamètre sur le bâtiment, dont certaines ont traversé plusieurs étages, tuant cinq personnes et en blessant une quarantaine d’autres.

Au septième étage, une odeur de brûlé émane encore des murs de l’appartement d’Amina Al-Rifi. Aucune pièce n’a échappé aux projectiles : du salon à la cuisine, des trous béants dans le sol s’ouvraient dans le vide ; Heureusement, la bombe n’a pas explosé sur le lit de la famille. Dix-sept personnes se trouvaient dans l’appartement au moment de l’attaque, toutes ont été blessées. De grandes taches de sang sur les murs témoignent de la violence du choc. « Hier encore, l’odeur était insupportable », a déclaré Khalil Kanoon, le chef du syndicat, avec une grimace.

à lire  Le marché des matelas de spécialité générera des revenus records d'ici 2028 - Jeunes Express

Le bras et le dos d’Amin Al-Rifi sont couverts d’éclats d’obus, son fils de 13 ans a des égratignures sur la partie inférieure du visage. Vingt d’entre eux vivent maintenant blottis dans une petite pièce, attendant de trouver un toit au-dessus de leur tête. Les Israéliens « ont poursuivi le gars, ils ont dû tuer tout le monde ? demande ce père de neuf enfants, au visage rond et à grosse moustache, vêtu d’une djellaba grise – la plupart de ses vêtements ont brûlé dans un incendie dans son appartement. Il poursuit : « Aujourd’hui, nous sommes sous anesthésie. On ne rigole plus. Regardez ce gamin, il ne rit plus ! « Toute la famille a besoin d’un psychiatre, moi d’abord ! J’ai une fille qui tremble à cause de l’attaque, l’autre ne veut pas aller aux toilettes à moins que quelqu’un ne soit là pour lui tenir la porte », ajoute son voisin Zakaria Al-Ghandour.

Tout le monde est résigné : on sait que la restauration sera longue et incertaine ; les familles qui ont perdu leur maison pendant la guerre de 2008 n’ont toujours pas reçu d’indemnisation, selon Khalil Kanoon. Les Gazaouis partout au tour de la peine expriment aussi leur déception d’être « non comptés » aux yeux des puissances internationales. Les États-Unis ont donc résolument défendu le droit d’Israël à se défendre dès le début de l’offensive – mais cette fois, les hostilités ont été lancées par l’État juif. « Si nous n’avons pas le même droit que les autres à être protégés en tant que civils, il faut qu’on nous dise que nous savons vers qui nous tourner », plaide Khalil Kanoon. Nous sommes fatigués : chaque année nous avons droit à un attentat, une guerre, une crise… Il nous faut une solution, il nous faut plusieurs années, cinq années par exemple, pendant lesquelles nous vivons, nous pouvons planifier ! »

Clothilde Mraffko (Gaza, correspondante spéciale)

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et assurez-vous que vous êtes la seule personne à regarder Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera lié à ce compte.

non. Avec votre compte, vous pouvez vous connecter à autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Matelas : 2 bonnes offres de modèles haut de gamme à ne pas manquer
Voir l’article :
Qu’est-ce qu’un matelas epais ? L’épaisseur du matelas est souvent comprise entre…

Quelle est la différence entre la Palestine et Israël ?

Quelle est la différence entre la Palestine et Israël ?

À l’origine, la Palestine était située près de la côte orientale de la mer Méditerranée, en Asie Mineure. Il comprenait l’état actuel d’Israël, la bande de Gaza et la Cisjordanie. Voir l’article : Les meilleurs matelas de 2022 : toutes les options pour retrouver un sommeil réparateur. La superficie de la Palestine historique était de 27 009 km² (presque l’équivalent de la Belgique).

Pourquoi la Palestine est-elle devenue Israël ? Les Juifs veulent protéger les territoires pour y établir leur propre État, tandis que les Arabes veulent établir un État palestinien. Plusieurs cessez-le-feu permettent aux parties de se réarmer. Israël obtient principalement ses armes de l’Union soviétique via la Tchécoslovaquie.

Quelle est l’histoire entre la Palestine et l Israël ?

Le conflit dans sa forme moderne remonte à 1947, lorsque les Nations Unies ont proposé la création de deux États, l’un juif et l’autre arabe, en Palestine sous mandat britannique, ce qui a conduit à une flambée de violence arabo-juive, puis au premier conflit arabo-israélien. Guerre pendant…

Quel est le problème entre Israel et la Palestine ?

Le conflit au Moyen-Orient entre Israël et la Palestine dure depuis 1948 avec la création de l’État d’Israël. Ces tensions géopolitiques se matérialisent par des affrontements violents dans la bande de Gaza, à Jérusalem, ou encore des déclarations polémiques d’hommes politiques.

Qui etait la en premier Israël ou Palestine ?

Le territoire actuel sur lequel s’est constitué l’État d’Israël est celui que les Arabes appellent Filastin (ou Palestine) et que les Juifs appellent Eretz Israël (ou « la terre d’Israël »). Avant la Première Guerre mondiale, la Palestine était sous la domination de l’Empire ottoman et comptait 590 000 habitants, dont 57 000 juifs.

Est-ce que la Palestine est un pays ?

La Palestine, dans sa forme plus longue l’État de Palestine (arabe : دÙÙØ© ÙÙØ³Ø ÙÙ (Dawlat Filastin)), est un État souverain de jure, parfois appelé proto-État. Il est situé au Moyen-Orient et prétend être basé dans les Territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est.

Est-ce que la France reconnaît la Palestine ?

En 2013, les parlements européen, britannique et français ont voté en faveur de la reconnaissance d’un État palestinien, mais les gouvernements n’ont pas donné suite à ce jour.

Qui a reconnu l’État palestinien ?

La France a reconnu l’Etat d’Israël le 20 mai 1949, mais ne reconnaît toujours pas l’Etat de Palestine. Cependant, le 2 décembre 2014, l’Assemblée nationale a adopté une résolution par 339 voix contre 151 appelant le gouvernement français à reconnaître l’État de Palestine.

Quel est le problème entre Israel et la Palestine ?

Le conflit au Moyen-Orient entre Israël et la Palestine dure depuis 1948 avec la création de l’État d’Israël. Ces tensions géopolitiques se matérialisent par des affrontements violents dans la bande de Gaza, à Jérusalem, ou encore des déclarations polémiques d’hommes politiques.

Pourquoi il y a la guerre entre Palestine et Israël ?

Des motifs religieux sont à l’origine des affrontements autour du Kotel ou Mur des Lamentations à Jérusalem en 1929 et conduisent à une brutale escalade de la situation avec de violentes émeutes anti-juives à Hébron, Jérusalem et Safed, faisant près de 150 victimes.

Quelles sont les raisons du conflit entre Israéliens et arabes ?

Ses origines découlent du refus de la Ligue arabe de reconnaître la partition de la Palestine décidée par l’ONU en novembre 1947 suite à la décision britannique de renoncer à son mandat de 1919.

Sur le même sujet :
Mille millions de ports, voilà une fête qui fait le plein !…

Qu’est-ce qu’a fait l’Algérie pour la Palestine ?

Qu'est-ce qu'a fait l'Algérie pour la Palestine ?

L’Algérie soutient depuis longtemps l’Organisation de libération de la Palestine depuis les années 1970, et les présidents algériens Houari Boumediene et Chadli Bendjedid ont organisé et accueilli Yasser Arafat. L’Algérie a également fourni des armes et une formation aux militants palestiniens.

Qu’a fait l’Algérie pour la Palestine ? ALGER- L’Algérie, qui demeure l’un des premiers et des meilleurs défenseurs de la cause palestinienne, a multiplié ses efforts et ses actions en faveur du peuple palestinien en lançant plusieurs appels cette semaine à la communauté internationale, notamment aux Nations unies, pour « prendre d’urgence contre l’escalade de la répression sioniste en…

Quels sont les pays qui reconnaissent la Palestine ?

PaysLa date
Arabie Saoudite16 novembre 1988
Bangladais16 novembre 1988
Cuba16 novembre 1988
Emirats Arabes Unis16 novembre 1988

Quel est le pays qui aide le plus la Palestine ?

Les États-Unis et l’Union européenne contribuent le plus par l’intermédiaire de l’UNRWA. Depuis 2000, l’Union européenne a financé l’UNRWA à hauteur de 1,6 milliard d’euros. Les États-Unis ont donné aux Palestiniens 5 milliards de dollars d’aide depuis les années 1990 et l’UNRWA 5,6 milliards de dollars depuis 1950.

Qui ne reconnaît pas Israël ?

Chypre, Liban, Syrie, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Arabie saoudite, Koweït, Qatar, Bahreïn, Émirats arabes unis, Oman, Yémen.

Quel pays soutient l’Israël ?

En 2020, Israël normalise ses relations diplomatiques avec au moins 5 pays : les Emirats Arabes Unis et Bahreïn lors des « Accords d’Abraham » (15 septembre), le Soudan (23 octobre), le Maroc (10 décembre) et le Bhoutan (12 décembre).

Qui ne reconnaît pas Israël ?

Qui ne reconnaît pas Israël ?

Chypre, Liban, Syrie, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Arabie saoudite, Koweït, Qatar, Bahreïn, Émirats arabes unis, Oman, Yémen.

à lire  Matelas et Innovation : le progrès au service du sommeil

Quel pays est venu avant Israël ? Sous le mandat britannique de 1920, la Palestine a finalement été divisée par l’ONU en 1947 avant que David Ben Gourion ne déclare l’indépendance d’Israël en 1948.

Quels sont les États qui ont reconnu Israël ?

En 2020, Israël normalise ses relations diplomatiques avec au moins 5 pays : les Emirats Arabes Unis et Bahreïn lors des « Accords d’Abraham » (15 septembre), le Soudan (23 octobre), le Maroc (10 décembre) et le Bhoutan (12 décembre).

Quels sont les pays Arabe qui ont reconnu l’État d’Israël ?

En 1949, la Turquie est devenue le premier pays à majorité musulmane à reconnaître Israël. Pendant la guerre froide, la position pro-américaine d’Ankara a fait de la Turquie un pays pro-israélien, en particulier après la guerre des Six jours, refusant de couper les liens avec l’État juif.

Quel est le premier pays à reconnaître Israël ?

Les Soviétiques ont été les premiers à reconnaître Israël de jure (c’est-à-dire la reconnaissance définitive et complète), alors que dans le même temps les États-Unis ne l’ont reconnu que de facto (c’est-à-dire temporairement ou limité à certaines relations juridiques).

Quel pays ne reconnaît pas la Chine ?

Nom de familleRevendication territoriale
République d’Arménie
ChineTaïwan se considère comme le seul gouvernement légitime de toute la Chine jusqu’à ce que le PCC autorise des élections libres en RPC.

Quels sont les pays qui ne sont pas membres de l’ONU ?

Quels pays ne sont pas membres de l’ONU ?

  • KOSOVO.
  • Ossétie du Sud et Abhasie.
  • NORD DU KARABAH.
  • LA TRANSDNESTRIE OU RÉPUBLIQUE DE MOLDOVA AUJOURD’HUI p.
  • LA NOUVELLE RUSSIE OU L’UNION DES RÉPUBLIQUES POPULAIRES.
  • RÉPUBLIQUE TURQUE DE CHYPRE DU NORD.
  • RÉPUBLIQUE ARABE SAHRAVIE DÉMOCRATIQUE.

Est-ce que la Russie fait partie de l’ONU ?

Les 47 membres de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui élisent les membres du Conseil des droits de l’homme, n’ont suspendu qu’un seul autre pays dans le passé, la Libye en 2011. La Russie a rejoint le Conseil en janvier 2021 en tant que l’un des 15 pays élus par l’Assemblée générale pour un mandat de trois ans.

Qui a créé la Palestine ?

1890 : Le journaliste Theodor Herzl, préoccupé par les pogroms en Russie, déclare la nécessité d’établir un État juif en Palestine et publie le livre L’État des Juifs en 1896. 1897 : Le Congrès de Bâle est considéré comme l’événement fondateur du mouvement sioniste.

Qui a inventé la Palestine ? Le nom « Palestine » a été donné au territoire de Judée par l’empereur romain Hadrien comme mesure punitive pour la rébellion menée par Bar Kokhba en 135 et en référence aux Philistins. Ce nom lui-même est dérivé par la médiation des Grecs, de l’hébreu, où le mot peleshet désignait les Philistins, un peuple qui occupait…

Qui a donné la Palestine à Israël ?

Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution 181, qui prévoyait la partition de la Palestine en un État juif et un État arabe.

Pourquoi Israël occupe la Palestine ?

Conquête par Israël. En 1967, après la guerre des Six Jours, Israël prend (notamment) le contrôle de ces territoires après sa victoire militaire sur les soldats jordaniens et irakiens de Cisjordanie et les soldats égyptiens et palestiniens de la bande de Gaza.

Quand la Palestine a été créé ?

1939 : Le Livre blanc britannique préconise l’indépendance palestinienne d’ici 1947, soumettant l’immigration juive au consentement de la population arabe, et des mesures pour restreindre l’acquisition de terres par les sionistes.

Qui etait la en premier Israël ou Palestine ?

Le territoire actuel sur lequel s’est constitué l’État d’Israël est celui que les Arabes appellent Filastin (ou Palestine) et que les Juifs appellent Eretz Israël (ou « la terre d’Israël »). Avant la Première Guerre mondiale, la Palestine était sous la domination de l’Empire ottoman et comptait 590 000 habitants, dont 57 000 juifs.

Qui a commencé entre Israël Palestine ?

En 1917, les Britanniques ont conquis la Palestine, qu’ils ont officiellement administrée à partir de 1920 sous le mandat de la Société des Nations. Le conflit entre le Yishuv et les Arabes palestiniens a commencé principalement après la déclaration Balfour en 1917.

Comment s’appelle la Palestine avant ?

Dans l’usage courant, le plus ancien est « le pays de Canaan » (Canaan désigne un peuple). Les Juifs appelaient la région Eretz Israël, la terre d’Israël, qui après la mort du roi Salomon fut divisée entre les royaumes d’Israël au nord et de Juda au sud.

Quelle est lorigine de la Palestine ?

Le mot Palestine vient des Philistins. Il se référait à l’origine à la région côtière autour de Gaza occupée par les conquérants philistins de l’autre côté de la mer. La côte et son arrière-pays ont porté bien d’autres noms dans l’Antiquité.

Quel est le problème entre Israel et la Palestine ?

Le conflit au Moyen-Orient entre Israël et la Palestine dure depuis 1948 avec la création de l’État d’Israël. Ces tensions géopolitiques se matérialisent par des affrontements violents dans la bande de Gaza, à Jérusalem, ou encore des déclarations polémiques d’hommes politiques.

Quelles sont les causes de la question palestinienne ? La question palestinienne s’est compliquée en raison de la scission entre les organisations politiques palestiniennes Fatah et Hamas et les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza.

Pourquoi il y a la guerre entre Palestine et Israël ?

Des motifs religieux sont à l’origine des affrontements autour du Kotel ou Mur des Lamentations à Jérusalem en 1929 et conduisent à une brutale escalade de la situation avec de violentes émeutes anti-juives à Hébron, Jérusalem et Safed, faisant près de 150 victimes.

Quel pays est contre Israël ?

Palestiniens : Le conflit arabo-israélien est le nom donné aux relations tendues entre l’État d’Israël et les États arabes environnants depuis la création d’Israël le 14 mai 1948.

Quelles sont les raisons du conflit entre Israéliens et arabes ?

Ses origines découlent du refus de la Ligue arabe de reconnaître la partition de la Palestine décidée par l’ONU en novembre 1947 suite à la décision britannique de renoncer à son mandat de 1919.

Quelles sont les raisons du conflit entre Israéliens et arabes ?

Ses origines découlent du refus de la Ligue arabe de reconnaître la partition de la Palestine décidée par l’ONU en novembre 1947 suite à la décision britannique de renoncer à son mandat de 1919.

Quelles sont les conséquences de la guerre israélo-arabe ?

Le bilan humain de la guerre de 1948-1949 a été élevé tant pour les Israéliens que pour les Arabes. Du côté israélien, 5 800 soldats sont morts et 12 000 ont été blessés, du côté arabe environ 4 000 soldats et du côté palestinien environ 13 000.

Quelles sont les guerres israélo-arabes ?

Elle a abouti à sept conflits armés : la guerre de 1948, la guerre de Suez en 1956, la guerre des Six jours en 1967, la guerre d’usure en 1967, la guerre du Yom Kippour en 1973, la première guerre du Liban en 1982 et la deuxième guerre du Liban. Guerre. en 2006.

Comment Israël a pris la Palestine ?

Les Juifs ont commencé à émigrer en Palestine dans la première moitié du XIXe siècle. Le mouvement prend de l’ampleur. En 1917, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord Balfour, publia une lettre exprimant son soutien à la création d’un « foyer national juif » en Palestine.

Comment Israël a-t-il colonisé la Palestine ? L’histoire. L’établissement de colonies dans les territoires occupés par Israël a commencé en 1967 après la conquête de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de Gaza (Territoires palestiniens occupés), du Sinaï (pris à l’Égypte) et du Golan (pris à la Syrie).

C’est quoi le problème entre Israel et la Palestine ?

Après des années de lutte armée palestinienne, deux soulèvements populaires (intifadas), plusieurs guerres dans la bande de Gaza, les territoires palestiniens, Jérusalem et Israël, depuis l’automne 2015 une nouvelle flambée de violence meurtrière et une succession d’attentats anti-israéliens sévit Israël. attaques, la plupart…

Qui etait la en premier Israël ou Palestine ?

Le territoire actuel sur lequel s’est constitué l’État d’Israël est celui que les Arabes appellent Filastin (ou Palestine) et que les Juifs appellent Eretz Israël (ou « la terre d’Israël »). Avant la Première Guerre mondiale, la Palestine était sous la domination de l’Empire ottoman et comptait 590 000 habitants, dont 57 000 juifs.

Quand la Palestine a été créé ?

En 1988, le Conseil national palestinien réuni à Alger proclame la création de l’État de Palestine.

Comment s’appelle la Palestine avant ?

Dans l’usage courant, le plus ancien est « le pays de Canaan » (Canaan désigne un peuple). Les Juifs appelaient la région Eretz Israël, la terre d’Israël, qui après la mort du roi Salomon fut divisée entre les royaumes d’Israël au nord et de Juda au sud.