Nuit compliquée ? Voici comment survivre le lendemain | Ardoise.com

Photo of author

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Temps de lecture : 3 min – Vu sur Huffington Post

Enfants malades, anxiété nocturne, influence de la Lune, dossiers en retard, binge-watching à outrance : les raisons pour lesquelles vous dormez mal sont multiples et peuvent se combiner. C’est là qu’interviennent les spécialistes du sommeil, car en plus de vous aider à mieux dormir la nuit suivante, ils peuvent aussi vous conseiller sur la meilleure façon de gérer le lendemain de votre insomnie.

Surpris par des recherches selon lesquelles la moitié de la population américaine manque régulièrement de sommeil, le journaliste du Huff Post version américaine a interviewé plusieurs experts pour recueillir leurs techniques de survie, notamment pour ceux qui doivent affronter la journée de travail. .

La première stratégie à adopter est psychologique : idéalement, il ne faut pas se focaliser sur le fait que l’on manque de sommeil. Cela produit une inquiétude qui ne peut que nuire à la qualité de la nuit suivante, en plus de nous mettre mal à l’aise au lieu d’essayer d’avancer. Nous devons également nous rappeler que, s’il y a un gros problème, notre corps a la capacité de se réguler, ce qui devrait être mieux la nuit suivante que la précédente. Convaincant.

Il est également important de s’exposer à une lumière suffisante, si possible naturelle, et ce dès le début de la « vraie » journée – pas celle qui commence à 3h du matin contre notre gré. Notre cerveau est capable d’interpréter des messages lumineux : Face à beaucoup de clarté, il va passer à l’éveil et à l’activité ; mais dans le noir, il se convaincra plutôt qu’il est presque l’heure d’aller se coucher.

à lire  Route du Rhum 2022 : comment vit-on sur un bateau au milieu de l'Atlantique ?

Power nap

La caféine peut aussi être une alliée, à condition bien sûr de ne pas en abuser. Il aide à bloquer l’adénosine, ce qui réduit l’activité nerveuse et peut avoir des effets de somnolence. Sur le même sujet : L’incroyable projet de Cyndie (mariée au premier regard) d’avoir un bébé toute seule !. En fait, cela augmente la réactivité, nous permet de mieux assimiler les informations et de prendre des décisions plus éclairées. Mais l’effet est disproportionné – dix tasses de café ne vous rendront pas dix fois plus alerte – et une consommation excessive peut avoir des effets néfastes la nuit suivante.

Bien sûr, lutter contre le manque de sommeil, rien de tel que le sommeil. Au-delà de ce truisme, il est important de rappeler qu’une petite sieste peut permettre de rebondir en ordre jusqu’à la fin de cette journée difficile. Certaines personnes n’ont besoin que d’une dizaine de minutes pour se sentir mieux, mais vous devez avoir la capacité de vous endormir sur commande. Sinon, une trentaine ou une soixantaine de minutes suffisent amplement.

Attention à ne pas prolonger cette sieste, malgré la grande tentation. Au-delà des heures de sommeil, il devient plus difficile de retrouver rapidement les pleines facultés cognitives et les pouvoirs de décision. Penser au programme d’alarme devient important. Et si vous ne savez pas dormir en un clin d’œil, la phase de repos profond – fermer les yeux, laisser vagabonder votre esprit – peut vous sauver la vie.

Lire aussi :
Vérifié le 19/01/2023 par PasseportSantéPour les pratiquants débutants ou confirmés, le zafu…

Marche ou rêve

S’il ne vous est pas possible de vous assoupir, parce que vous ne savez pas comment le faire ou parce que la situation ne vous le permet pas, vous devriez plutôt prendre l’air et marcher. Ceci pourrez vous intéresser : Comment dormir le plus tôt possible ? Voici nos recommandations !. C’est prouvé : dix minutes de marche peuvent remonter le moral et retrouver une partie de votre réactivité. Cette phase d’activité physique, bien que brève et peu intensive, aide le corps et l’esprit à sortir de la forme léthargique désagréable.

à lire  10 conseils pour l'insomnie, selon les experts

Certaines personnes souffrant d’insomnie iront même jusqu’à vous conseiller de rester le plus possible debout, la position assise étant propice à l’assoupissement soudain. Plus facile à dire qu’à faire lorsque vous travaillez à l’extérieur ou que vous passez une journée à l’université.

Enfin, les spécialistes nous incitent à écouter notre corps et à lui faire confiance. En effet, à moins qu’il ne s’agisse du premier pas vers une insomnie chronique ou que la cause soit externe (par exemple un bébé qui ne dort pas), on dormira probablement mieux la nuit suivante.

Lire aussi :
Est-ce dangereux de ne pas dormir ? En revanche, un manque de…