Le coroner du Québec établit un lien entre la mort infantile au Nunavik et le logement surpeuplé –

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Le rapport du procureur qui a examiné le décès d’un bébé de trois mois dans la province du Nunavik dans le nord du Québec en 2021 montre que le surpeuplement en était la cause, et appelle les gouvernements du Québec et le gouvernement fédéral à augmenter l’offre d’urgence. logement social là-bas.

Le reportage de la journaliste québécoise Geneviève Thériault se concentrait sur un décès, mais arrivait également à des conclusions similaires pour neuf autres bébés décédés au Nunavik la même année. Tous les dix sont morts de causes inconnues – ou du syndrome de mort subite du nourrisson.

Dans le cas d’un enfant de trois mois, d’autres facteurs de risque ont également été mentionnés, comme l’exposition à la fumée secondaire, mais la congestion a été citée comme le facteur de risque le plus fréquent dans les dix décès.

Le rapport a été rédigé en français et signé par le coroner le 6 octobre.

En plus de recommander l’augmentation de l’offre de logements sociaux, le rapport recommande que le Conseil régional de la santé et des services sociaux du Nunavik fournisse des lits flexibles aux enfants du Nunavik pendant la première année de vie d’un enfant. ils sont donnés en inuktitut autant que possible.

Il recommande également au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec d’utiliser les ressources nécessaires pour augmenter rapidement le nombre de sages-femmes, d’infirmières, de médecins de famille, de pédiatres, de travailleurs sociaux et de spécialistes en toxicomanie, et de mobiliser certaines des premières au Nunavik, ainsi que comme maisons. soutien pour eux. .

à lire  Les 5 meilleurs draps pour votre matelas violet par avis et marque

Dotation en personnel à des niveaux de crise

Faisca Richer, assistante médicale du directeur de la santé publique du Conseil de la santé et des services sociaux du Nunavik, a déclaré que les niveaux de dotation étaient critiques dans certaines communautés du Nunavik. Sur le même sujet : Examen du matelas pneumatique ultraléger Sea to Summit.

Les défis liés à la main-d’œuvre en santé sont bien documentés partout au Canada. Richer dit qu’ils sont encore plus forts au Nunavik.

Il a déclaré que les solutions doivent être fondées sur la réalité de la situation.

« Oui, nous avons besoin de plus de sages-femmes et de pédiatres, mais je peux dire que dans ce cas, nous avons aussi vraiment besoin de nos travailleuses sociales qui sont des femmes locales et qui aideront les parents avec tout ce qu’elles peuvent », a déclaré Richer.

Cela inclut des conseils en inuktitut par quelqu’un qui comprend la réalité de la situation de vie des parents, directement dans leur propre maison.

Un autre défi, a déclaré Richer, est de s’assurer que les parents ont suffisamment d’espace pour installer un lit dans lequel l’enfant pourra dormir. Richer dit que ce n’est pas toujours facile, car les familles dorment souvent dans la même chambre et les matelas sont disposés les uns à côté des autres à cause de l’écart.

« C’est pourquoi nous disons qu’à moins qu’il y ait beaucoup d’investissements immobiliers, il y aura probablement une limite à ce que nous pouvons faire du point de vue des soins de santé », a déclaré Richer.

A voir aussi :
La rédaction du Parisien n’a pas participé à la création de cet…

Pénurie de logements

Il a déclaré que le soutien au logement au Québec faisait défaut depuis deux décennies. Ceci pourrez vous intéresser : Quel est le meilleur matelas à langer ?.

à lire  Chaleur extrême : Et si dormir dans le froid était aussi une question de literie ?

« Les conditions de logement s’aggravent et nous en voyons maintenant l’impact sur nos statistiques de santé », a déclaré Richer.

Environ la moitié de tous les logements étaient surpeuplés au Nunavik en 2021, selon les données de Statistique Canada.

L’Office municipal d’habitation Kativik abrite 98 % des quelque 13 000 résidents du Nunavik. En septembre, il a déclaré à Radio-Canada qu’il fallait plus de 800 maisons pour répondre à la demande dans le secteur.

La CBC a contacté Affaires autochtones et Affaires du Nord Canada pour obtenir des commentaires, mais n’a pas répondu lorsqu’elle a été contactée.

A voir aussi :
Si les taux souverains ont suivi les conseils de Madame Lagarde en…