Pinocchio version 1940 : comment la première du film de Disney s’est terminée par la violence, l’alcool et les insultes

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Le 7 février 1940, Walt Disney organise la première de « Pinocchio » dans un lieu prestigieux : le Center Theatre de New York. 11 petites personnes, déguisées en Pinocchio, sont chargées de l’animation. Mais les choses vont mal tourner.

Dans la forge foisonnante d’inspiration des films Disney, bien sûr et au premier plan se trouvent les histoires, contes de fées ou non, qui puisent largement dans les écrits d’auteurs tels que Charles Perrault, les frères Grimm ; Hans Christian Andersen, auteur de La Petite Sirène. Ou Carlo Collodi, l’auteur des Aventures de Pinocchio, écrites et publiées par tranches entre 1881 et 1882 dans un journal italien.

Un monument littéraire d’une grande noirceur

Chef-d’œuvre de la littérature pour enfants, Pinocchio est l’une des œuvres littéraires italiennes du XXe siècle les plus vendues dans le pays. On retrouve le trio du film, ou la marionnette, Gepetto et Jiminy Cricket, qui a un rôle bien moins important que le film Disney, et n’apparaît qu’au chapitre 4.

Dans le conte de fées, Pinocchio est un horrible coquin, qui fait toujours ce qu’il veut, ment toujours naturellement et désobéit aux adultes. Pire encore, il ne semble pas apprendre ni retenir de leçons de ses mésaventures. Il n’a aucune considération pour Jiminy Cricket, au point de lui lancer un marteau, ce qui l’écrase. Radical.

Plus tard dans son voyage, il se brûla les pieds par inadvertance : « Comme il n’avait plus la force de se tenir debout, Pinocchio s’assit sur un tabouret et posa ses deux pieds sur le poêle pour les sécher. Finalement il s’endormit, et son bois les pieds ont commencé à brûler dans son sommeil. Lentement, très lentement, ils ont noirci et se sont transformés en cendres.

Gepetto peut lui construire de nouveaux pieds avec amour, mais Pinocchio s’enfuit de chez lui tout aussi sèchement. Le pauvre Gepetto se retrouve même arrêté et emprisonné, après que Pinocchio ait prétendu que le vieil homme l’avait maltraité…

On retrouve également Jiminy Cricket plus tard dans l’histoire, cette fois en tant que fantôme, essayant (encore !) de dissuader Pinocchio de suivre les conseils d’individus louches, qui prétendent que planter des pièces d’or dans le sol peut faire pousser un arbre doré…

Bien sûr, l’insupportable pantin s’en moque, au point même d’être pendu par ces sinistres individus. A l’origine, cette fin, d’une obscurité folle, devait conclure l’histoire de Carlo Collodi. Mais le rédacteur en chef du journal dans lequel l’histoire a été publiée a froncé les sourcils, au point de demander à l’auteur de réviser sa copie en modifiant la fin, qui se voulait plus légère et plus optimiste. D’où l’idée de la fée bleue, qui sauve la marionnette d’une mort certaine.

Un bataillon de petites gens pour faire l’animation

Si la version Disney édulcore considérablement l’œuvre originale – et on le comprend -, elle n’en garde pas moins une certaine noirceur et même une certaine cruauté. Fort du triomphe critique et public de son premier film d’animation, Blanche-Neige et les Sept Nains, Walt Disney voit désormais les choses en grand.

Il engage ainsi un bataillon de 1 000 animateurs, ce qui devrait lui permettre de diffuser un long métrage tous les six mois. Trois longs métrages sont donc en préparation : Bambi, Fantasia et Pinocchio. Le budget de ce dernier fait également exploser celui de Blanche-Neige, dont la production avait déjà demandé un prêt à la maison de Walt Disney.

Le 7 février 1940, Disney et RKO, distributeur de ses films, organisent l’avant-première de Pinocchio dans un lieu prestigieux : le Center Theatre de New York. Il faut frapper fort comme Blanche-Neige, qui a profité de cinq semaines d’exposition au Radio City Music Hall de New York ; une grande première pour cette salle mythique.

En plaçant les petites assiettes dans les grandes, il y a aussi un buffet, ainsi que beaucoup d’alcool. Onze personnes de petite taille sont également embauchées. Déguisés en Pinocchio, juchés sur le store de la salle, ils s’occupent de l’animation, histoire de faire patienter les enfants, accompagnés de leurs parents, dans la file d’attente.

La journée est interminable pour eux, coincés sur ce faux toit, en plus de devoir endurer un costume peu pratique dans la chaleur accablante. Il est toujours prévu de leur fournir de la nourriture et de l’alcool. Dans ce cas Gin et Whisky. Pas vraiment la meilleure idée…

Les onze nains s’enivrent rapidement. Dès le début de l’après-midi, ils se déshabillent complètement, ils commencent à se disputer, ils jouent aux dés. Sans oublier de prendre à témoin la foule en contrebas, étonnée, qui assiste à ce spectacle. Il reçoit également quelques séries d’insultes. Les parents sont logiquement horrifiés par le spectacle offert par cette bande désormais en roue libre.

La police est appelée pour aider à mettre fin à ce cirque qu’on imagine un peu gênant pour Disney. Grimpant sur la tente par une échelle, les carabiniers tentent de capturer les onze drills, qui se mettent à courir dans tous les sens pour leur échapper. A terme, ils seront incorporés dans les taies d’oreiller.

Malheureusement, il n’y a pas d’image visible de cet aperçu, à l’exception d’une rare photo partiellement visible ci-dessus. Pour l’entreprise aux grandes oreilles, ce n’est pas forcément pire…

Comment meurt Pinocchio ?

Comment meurt Pinocchio ?

Le 27 octobre 1881, lorsque Collodi termina la première ébauche, Pinocchio mourut pendu à un arbre, puni pour sa sévérité et sa désobéissance, et prononçant cette diabolique invocation christique : « Oh, mon père ! Si tu pouvais être là ! De sa branche, la marionnette se balançait, sans plus tarder. Sur le même sujet : TikTok : un utilisateur a une astuce pour s’endormir en deux minutes !.

Qui a mangé Pinocchio ? Monstro avale Pinocchio et Jiminy avant d’être gelée par une hirondelle de rêve géante qu’elle avale après que Sora ait arrêté l’effet. Riku explore alors l’intérieur de la baleine et rencontre Geppetto avant d’aller trouver Pinocchio.

Comment finit l’histoire de Pinocchio ?

L’histoire de Collodi devait se terminer ainsi. Cependant, le rédacteur en chef du journal a insisté pour qu’il se termine sur une note plus positive. Ceci pourrez vous intéresser : Notre conseil est de dormir quand il fait chaud. La marionnette a ensuite été sauvée par la fée bleue. Seulement, il n’a pas encore appris sa leçon et part à la recherche du Renard et du Chat.

Dormir avec un ventilateur, est-ce sans danger pour la santé ? - Soirée Ouest-France - 17/06/2022
Sur le même sujet :
Comment faire de l’air froid avec un ventilateur ? 1/ Ventilateur :…

Comment s’appelle Pinocchio ?

Avant de s’appeler Pinocchio, il s’appelait Arlequin, Polichinelle ou Stenterello. Lire aussi : Bruit dans les oreilles : dangers, combien de décibels ?. Il fait partie des personnages, des personnages immuables qui ont toujours été un incontournable de l’improvisation.

Comment s’appelle Pinocchio en italien ? L’aventure di Pinocchio (sous-titré Histoire d’un pantin ; Leaventure di Pinocchio. Histoire d’un pantin) est un roman pour enfants écrit en 1881 par le journaliste et écrivain italien, originaire de Toscane, Carlo Lorenzini, plus connu sous son pseudonyme : Carlo Collodi (1826-1890).

Comment s’appelle le Grand-père de Pinocchio ?

Geppetto est un ancien sculpteur sur bois qui vit dans son atelier avec son chat Figaro et son poisson rouge Cléo. Spécialisé dans la fabrication de jouets, sa dernière création est une marionnette qu’il baptise Pinocchio. Son vœu le plus cher est que cette marionnette devienne un vrai petit garçon.

Canicules : comment aider un enfant à dormir malgré la chaleur
A voir aussi :
Susanne Willekes, coach du sommeil des enfants, a donné ses conseils à…