Kylie Jenner, Gwyneth Paltrow, Audrey Fleurot… Elles ont surmonté la dépression post-partum

Photo of author

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

L’amour ou la couronne, un choix vu d’Amérique

Insomnie : 8 façons de (enfin) mieux dormir
Ceci pourrez vous intéresser :
Comment savoir si on est épuisé mentalement ? L’épuisement psychologique : une…

Maman d’une petite fille, Aurore Bergé répond vertement à Christine Boutin

Voir l’article :
Vous souhaitez changer de matelas et retrouver un sommeil réparateur ? Pour…

Chris Evans amoureux, sa nouvelle petite amie est une talentueuse actrice

30% des femmes devenues mères ont fait face à une dépression post-partum, selon l’enquête OpinionWay qui date de 2021. A voir aussi : Meilleure moustiquaire de lit en 2022 [Basé sur 50 avis d’experts]. Des bébés bleus qui n’épargnent pas les stars, comme Alessandra Sublet, Gwyneth Paltrow ou Audrey Fleurot.

En 2008, Jennifer Lopez a donné naissance à des jumeaux, Mex et Emma, ​​fruit de son mariage avec Marc Anthony (un mariage qui a depuis pris fin). Une naissance qui s’est accompagnée de baby-blues. « Mes hormones ont chuté et je suis devenue très émotive », a-t-elle déclaré à Access Hollywood. « Le 7e ou le 10e jour, je me souviens avoir beaucoup pleuré. J’ai dit à Marc, les bébés ne m’aimeront pas, ils ne me connaîtront que comme nounou. Cela lui est arrivé les jours suivants.

© Face à Face/Photos d’actualité

à lire  Arrivée du nouveau-né : Comment préparer son animal de compagnie ?

Après la naissance de son fils Wolf, Kylie Jenner a vécu des périodes compliquées. « C’est très difficile. Cette expérience pour moi, personnellement, a été un peu plus difficile qu’avec ma fille [Stormi, ndlr] », a-t-elle expliqué sur Instagram, ajoutant que le post-partum a été difficile « mentalement, physiquement et spirituellement ».

© Images de la capitale/Photos d’actualité

Comme beaucoup de femmes, Audrey Fleurot a attrapé le blues après la naissance de son premier enfant, Lou, en 2015. Elle s’explique par le fait qu’elle a continué à travailler (beaucoup) pendant sa grossesse. « Neuf mois, c’est le temps qu’il faut pour avoir l’idée. Et comme je n’ai pas eu le temps d’en profiter, je pense que ça m’a pris les neuf mois suivants », a-t-il analysé dans une interview au Huffingtonpost. Mais ce n’est pas tout : « On a l’impression qu’une fois qu’on accouche, un lien se crée immédiatement. Mais pas du tout. Vous êtes face à un élément étranger que vous devrez apprivoiser autant qu’il doit vous apprivoiser. Et puis il y a les changements hormonaux. C’est aussi grâce à un traitement hormonal qu’Audrey Fleurot s’est remise de sa dépression post-partum. « Si on m’avait dit plus tôt que ce n’était pas de ma faute, que c’était une injection d’hormones, que je ne pouvais pas m’en empêcher et qu’il fallait que je prenne un traitement pour me recadrer, j’aurais perdu moins de temps. »&#xD ;

© Franck Castel/NewsPictures

Après la naissance de son deuxième enfant, Moses, fruit de sa relation avec Chris Martin, Chris Martin a souffert de dépression postnatale. « C’était une période difficile. Je ne savais pas ce qui n’allait pas avec moi. Je me sentais vraiment hors de mon corps. Débranché. Je me sentais mal, déprimé, pessimiste », a-t-il déclaré dans une interview au magazine « InStyle ». Et d’ajouter : « J’étais un robot. Je ne ressentais plus rien. Je n’avais plus d’instinct maternel envers lui, c’était terrible. » »

à lire  Quand le bébé pleure la nuit, la mère se réveille et le père dort

A voir aussi :
« Nous devenons souvent moins attachés à la femme que nous touchons plus…

Gwyneth Paltrow : «Je me sentais mal, déprimée, pessimiste»

© Images de la capitale/Photos d’actualité Sur le même sujet : Matelas bébé : quelles sont les dimensions et l’épaisseur idéales ? Matelas bébé : quelles sont les dimensions et l’épaisseur idéales.

En 2013, Alessandra Sublet publie un livre intitulé « T’as le blue, baby ? » où elle raconte la dépression qu’elle a vécue après la naissance de sa fille Charlie. « Après la naissance, je suis de nature souriante, je suis devenue agressive. Forcément, on se pose des questions », confiait-elle à France 2 à la sortie du livre. « Il est très difficile d’admettre que vous n’êtes pas bon quand vous traversez l’une des périodes les plus heureuses. »

© Franck Castel/NewsPictures

Après la naissance de ses jumeaux Eddy et Nelson en 2010, Céline Dion a fait une dépression, comme elle l’a confié dans une interview à « Gala » : « Par moments j’étais heureuse et contente, la fois d’après, la fatigue m’a submergée et j’ai pleuré pour aucun raison. Quelques jours après mon retour de la maternité, je me sentais vide et sans appétit. Et je n’étais bouleversée pour rien. »

Contenus sponsorisés