Je suis épuisé, mais je ne peux pas dormir

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Lorsque vous êtes fatigué, la solution la plus évidente pour récupérer est le sommeil.

Malheureusement, dans de nombreux cas et pour diverses raisons, le sommeil n’est pas forcément « réparateur », et certaines personnes n’arrivent parfois pas à s’endormir.

Diverses raisons peuvent expliquer un sommeil de mauvaise qualité, ou des insomnies, comme des douleurs, des apnées du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos, par exemple. Ces causes somatiques sont relativement faciles à identifier, cependant certains troubles, notamment psychologiques, peuvent également perturber le sommeil et méritent donc une attention thérapeutique appropriée. De plus, les causes somatiques et psychologiques peuvent être interdépendantes et peuvent être autonomes. Dans tous les cas, mieux vaut rechercher et travailler les raisons d’éviter, de réduire ou d’arrêter les hypnotiques, car ils doivent toujours rester les traitements ponctuels prescrits par le médecin.

Un défaut de récupération pendant le sommeil

Un défaut de récupération pendant le sommeil

« Lorsqu’une personne est fatiguée mais ne peut pas dormir, on peut conclure que sa fatigue n’est pas liée à une dette de sommeil. « , a expliqué le professeur Vespignani, neurologue et directeur médical des centres de sommeil Bioserenity. Sur le même sujet : Dormir : voici l’astuce (très) originale pour s’endormir facilement selon un médecin. Cependant, il a précisé d’emblée que, malheureusement, il n’existe aucun test, aucun outil qui permette de savoir si la fatigue est réelle et à quel niveau elle se situe. Ce n’est qu’en posant la question que le médecin orientera le diagnostic pour trouver l’origine de cette fatigue.

Une des sources de fatigue à explorer est le manque de récupération pendant le sommeil, et parfois des douleurs, de la fièvre, des difficultés respiratoires, etc. qui empêchent les patients de bien dormir.

Parmi les difficultés respiratoires, l’apnée du sommeil est un syndrome intéressant à étudier chez les patients qui se plaignent de fatigue chronique, car ces apnées provoquent des micro-réveils nocturnes, ce qui explique pourquoi les patients ont du mal à dormir suffisamment profondément et sont donc régulièrement, voire quotidiennement, fatigués. Ce syndrome est assez facile à diagnostiquer, surtout si votre entourage a remarqué des ronflements ou ces fameuses apnées du sommeil pendant quelques secondes. Cela dit, il arrive que les patients souffrant d’apnée du sommeil ne ronflent pas et les apnées sont peu perceptibles. Il faut aussi penser aux patients qui vivent seuls, ils ne se rendent pas compte qu’ils ronflent et ils ne penseront pas forcément à une consultation apnée du sommeil s’ils sont fatigués.

Troubles du sommeil : Avec 3,3 millions de vues, cette astuce va "changer votre vie", selon cet influenceur.
Ceci pourrez vous intéresser :
Récemment, Tik Tok s’est imposé comme l’un des réseaux sociaux les plus…

Le syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos

Une autre cause relativement fréquente notée par le professeur Vespignani, qui entraîne la perte de la capacité à récupérer du sommeil, est le syndrome des jambes sans repos, communément appelé « impatience » et scientifiquement connu sous le nom de « myoclonie du sommeil ». Les personnes atteintes bougent leurs membres inférieurs et parfois leurs bras la nuit. Ces mouvements entraînent souvent des réveils furtifs et multiples, comme dans le cas de l’apnée du sommeil, qui empêchent d’atteindre le stade du sommeil profond. Les médecins sont conscients de ce syndrome et le diagnostic est parfois évident lorsque les patients eux-mêmes décrivent, par exemple, lorsqu’ils sont confortablement installés pour regarder la télévision, ils ressentent une gêne dans les jambes et ressentent une envie irrésistible de bouger, de se lever. Ceci pourrez vous intéresser : CARTE. 5 endroits romantiques pour camper dans les Pyrénées. Ce n’est pas strictement douloureux, mais très désagréable, donc cela peut arriver même pendant le sommeil la nuit. Ensuite, les patients feront des mouvements involontaires. Ces mouvements sont souvent subtils et imperceptibles pour votre entourage, mais ils peuvent tout de même empêcher un sommeil réparateur de s’installer.

Témoignage de Steven, 43 ans, Paris, souffrant du syndrome des jambes sans repos

Je pense que ça a toujours été comme ça. J’ai des souvenirs de mon frère, quand nous étions petits, refusant de coucher avec moi et me disant que je bougeais trop. Lire aussi : Dents de lait : à quel âge apparaissent-elles ? combien en avons-nous ? et s’ils ne tombent pas ?. Je ne peux pas identifier une cause spécifique qui causerait cela, peut-être le stress. Cependant, ma copine m’a fait réaliser, par exemple, que cela arrivait le soir quand je buvais de l’alcool.

Je bouge beaucoup mes jambes dans mon sommeil certaines nuits. Quant à moi, je ne m’en rends pas compte. C’est un compagnon qui m’a fait remarquer cela quand j’étais jeune. Mon partenaire actuel se plaint aussi au point où cela l’empêche de dormir. Il me dit que je « pédale » la nuit.

Comme je l’ai dit, je ne m’en rends pas du tout compte. Cela peut provoquer des micro-réveils imperceptibles, mais c’est plus un problème pour mon partenaire que pour moi, car personnellement, j’ai l’impression de bien dormir.

Par contre, j’ai remarqué que certains soirs, heureusement assez rarement, j’ai les jambes tellement lourdes que je dois me lever complètement, faire quelques pas, les bouger. Ces nuits-là, j’ai du mal à m’endormir, mais dans l’ensemble je m’endors très facilement.

Ce qui est certain, c’est que je me suis toujours réveillé fatigué. Est-ce lié à mes mouvements nocturnes ? Je ne saurai dire.

Absence sèche : retard, panneaux, douche, vraiment possible ?
Lire aussi :
Une noyade dite « sèche » surviendrait après la baignade, sans eau dans les…

Quand le sommeil ne vient pas malgré la fatigue

Quand le sommeil ne vient pas malgré la fatigue

J’espère que ça ne gâche pas ma vie. Mon cerveau est brumeux pendant une heure après mon réveil mais après ma journée se passe bien. Une chose est sûre, si je dois me lever à une heure précise, j’ai besoin d’un réveil. Naturellement, je ne me lève jamais tôt.

Est-ce héréditaire ? Peut-être parce que je me rends compte que ma fille de 8 ans bouge aussi beaucoup quand elle dort et dort parfois les genoux vers le ciel.

« Il est physiologiquement impossible de ne pas dormir du tout pendant plusieurs jours. Après 3 nuits sans sommeil, le corps est fortement affaibli et au bout d’une dizaine de jours, entre autres problèmes, le cœur défaille. Il existe une maladie génétique familiale rare et mortelle qui prive les personnes souffrant de sommeil. Comme son nom l’indique, après quelques mois son résultat est fatal.  » poursuit le professeur Vespignani.

Cette boisson chaude favorise grandement le sommeil
Voir l’article :
Le sommeil est essentiel pour de nombreuses raisons. Pour avoir des fonctions…

La dimension psychologique dans la survenue des troubles du sommeil

La dimension psychologique dans la survenue des troubles du sommeil

Les troubles du sommeil, c’est-à-dire l’insomnie, concernent entre 15 et 20 % des Français et 9 % sont sévères (source INSERM). Les causes sont variées. Au niveau somatique, l’insomnie peut s’expliquer en cas de douleur, due à divers symptômes associés à des maladies chroniques, par exemple l’asthme ou l’insuffisance cardiaque, ou due à la perturbation du cycle circadien dans les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson. Cela peut aussi être le signe d’une maladie psychiatrique, comme une personne bipolaire entrant dans la phase maniaque.

Le professeur Vespignani a attiré l’attention sur le fait que l’insomnie devient rapidement chronique et a déterminé que : « Souvent, nous traitons l’insomnie de manière incorrecte dès le début, c’est-à-dire, bien sûr, avec des médicaments qui seront initialement satisfaisants pour le patient, mais qui ne résoudront pas La cause. L’insomnie deviendra encore plus chronique lorsque le traitement médicamenteux sera renouvelé. Si c’est le cas. C’est ce qu’on appelle l’insomnie induite par un médicament, c’est-à-dire un médicament qui perpétuera la maladie sous-jacente.

Témoignage de Madeleine, 85 ans, vivant en région parisienne et souffrant d’insomnie depuis une trentaine d’années

Une fois la dette de sommeil et les causes somatiques exclues, il est important d’analyser d’éventuelles origines psychologiques, car comme le rappelle l’article de l’INSERM sur l’insomnie : « Les personnes qui souffrent d’anxiété ou de dépression ont 7 à 10 fois plus de risques de souffrir d’insomnie chronique que les autres. « .

Selon le professeur Vespignani, les dimensions physiques et psychologiques peuvent interagir entre elles et le patient lui-même n’est pas toujours capable de faire la distinction entre ces deux dimensions, ce qui entraîne l’autre. Trouver la source et la traiter n’est donc pas simple, mais l’enseignante milite pour mettre en place un soutien psychologique dans tous les cas. Cette aide peut sembler évidente lorsque le patient sans insomnie traverse ou a traversé un événement existentiel difficile à surmonter, mais elle est loin d’être suffisamment réalisée. « Même si nous avons constaté que la cause était principalement somatique, par exemple dans le cas de l’apnée du sommeil, la prise en compte du suivi psychologique sera forcément bénéfique pour le patient, afin qu’il puisse mieux comprendre et accepter sa maladie et son traitement. , pour qu’il ait moins d’anxiété et donc qu’il dorme enfin mieux », a souligné le professeur Vespignani.

Je n’ai jamais été une grande dormeuse, mais j’ai perdu mon mari il y a plus de 30 ans, puis mon fils 3 ans plus tard dans un accident de voiture. Après ça, je n’ai plus jamais réussi à bien dormir. Une insomnie sévère s’est développée et continue à ce jour. Je suis conscient que c’est probablement à cause des traumatismes que j’ai vécus et qui ont commencé très jeune quand j’étais un enfant juif qui se cachait en Suisse. Tout cela a marqué ma vie de douleur.

Lorsque mon fils est décédé, cependant, je n’ai pas pris de médicaments pour m’aider à dormir et j’ai continué à travailler, accumulant très peu d’heures de sommeil par semaine. Je me souviens que le fait de dormir si peu me rendait nerveux, car je devais assumer un travail stressant en soi, car je possédais mon propre magasin de vêtements. En fait, plus je me sentais anxieux et inquiet, moins je dormais.

Aujourd’hui je prends un traitement assez lourd, le soir, grâce auquel je dors environ 5 heures chaque nuit. Si je ne le prends pas, je me couche tard et parfois même j’ai des nuits blanches. Lorsque cela se produit, le lendemain je sentirai probablement que mon corps est fatigué, je vais enfin m’allonger, fermer les yeux, me détendre, mais je ne dormirai pas. Je n’ai jamais pu faire de sieste.

Je pense que j’ai de la chance d’avoir la nature d’avoir besoin de très peu de sommeil. Peut-être que les médicaments ne sont pas la solution idéale, mais j’avoue que je ne veux même pas essayer de les arrêter. Je sais que je vais tomber dans un cycle infernal de nuits blanches et d’anxiété.