Inflation, logement et itinérance : les priorités de Mark Sutcliffe pour…

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Le maire d’Ottawa, Mark Sutcliffe, a déjà identifié les priorités auxquelles il compte s’attaquer en 2023 : le budget, l’inflation, l’itinérance et OC Transpo. Dossiers considérés comme « urgents ». À travers tout cela, à long terme, il espère rendre Ottawa meilleur pour les générations futures.

Je veux construire une ville meilleure pour nos enfants et nos petits-enfants, dit celui qui est père de trois enfants.

J’y pense tous les jours. C’est ma priorité à long terme, a-t-il poursuivi dans une entrevue accordée à Radio-Canada, où il a fait le bilan de toute l’année 2022.

Élu le 24 octobre puis assermenté le 15 novembre, Mark Sutcliffe a vite compris que son rôle de maire ne lui permet pas de concentrer ses énergies uniquement sur le long terme. Il doit traiter l’urgent avec ses vingt conseillers avant de pouvoir traiter l’important.

Mark Sutcliffe a célébré sa victoire à la mairie d’Ottawa le 24 octobre avec sa famille (archives).

Photo : Radio-Canada / Félix Desroches

À l’heure actuelle, les politiciens à tous les niveaux de gouvernement font face à l’inflation, aidant leurs citoyens à continuer de répondre à leurs besoins quotidiens de base, malgré la montée en flèche du coût de la vie. Les élus d’Ottawa ne font pas exception.

Avant la pause des fêtes, une majorité de membres du conseil municipal ont voté en faveur d’une motion visant à limiter les augmentations de l’impôt foncier à 2,5 % en 2023, remplissant l’une des principales promesses de campagne de Mark Sutcliffe.

C’est très important pour les résidents d’Ottawa. Nous traversons une crise de confort. Nourriture, logement… Il faut respecter les finances des citoyens et maintenir les impôts le plus bas possible.

« Il y a beaucoup de problèmes à résoudre. L’itinérance m’inquiète beaucoup. Il y a des personnes vulnérables et nous devons les aider. c’est très important pour moi. »

Autrement dit, il veut améliorer la situation de nombreux citoyens qui ont vu leur situation financière se détériorer. Ceux qui ont un genou au sol et ne peuvent pas le faire à la fin du mois. Ceux qui ont dû battre leur orgueil pour aller dans les banques alimentaires pour mettre de la nourriture sur la table. Se souvenant du lit confortable qu’ils ne peuvent plus apprécier, ils doivent dormir dans la rue chaque nuit.

Il dit avoir récemment parlé avec des responsables de la Banque alimentaire d’Ottawa, qui ont signalé une augmentation de 30 % de la demande d’aide. Ce sont des personnes qui approchent pour la première fois, ou d’autres qui ont besoin de tendre la main plus souvent.

La Banque alimentaire d’Ottawa fait face à une demande croissante (archives).

Photo : Reuters/Julie Gordon

Des logements, et des logements abordables

En ce moment, il y a des gens sans logement. J’ai parlé à des organisations, et le problème s’aggrave. Voir l’article : Vacances d’été : comment l’utiliser pour concilier son sommeil ?. Je parlerai avec nos dirigeants communautaires pour mettre en œuvre des solutions pour résoudre ce grand défi.

Le nouveau maire d’Ottawa n’a pas peur des engagements, peu importe leur ampleur. Dans les 10 prochaines années, il veut construire en moyenne 10 000 nouveaux logements par an, un total de 100 000 dans la prochaine décennie.

Mark Sutcliffe dit qu’il se sent déjà à l’aise dans son nouveau rôle (archives).

Photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Il est également derrière Ottawa Community Housing (OCH), qui demande 1 000 logements abordables chaque fois que la Terre tourne autour du Soleil. Si possible, nous rendrons le logement encore moins cher. Il y a une crise. Je suis également ouvert à travailler avec d’autres organisations [ayant les mêmes objectifs que l’OCH].

« La Ville d’Ottawa est propriétaire du terrain. Cela pourrait être un moyen d’établir plus de logements dans la ville. »

A voir aussi :
Pour certains, le sommeil n’est pas un long fleuve tranquille. Arrêter le…

Loi sur le logement : la province va-t-elle aider?

Les villes ontariennes devront créer tous ces nouveaux logements en vertu de la nouvelle loi sur le logement de la province, anciennement connue sous le nom de projet de loi 23. Ceci pourrez vous intéresser : Sommeil : la mélatonine pour mieux s’endormir, bonne ou mauvaise idée ?.

Bref, ce sont maintenant les municipalités, plutôt que les promoteurs, qui devront payer les infrastructures, comme l’eau et les égouts.

Le gouvernement peut nous aider. J’espère que nous travaillerons ensemble pour trouver des solutions afin que la Ville d’Ottawa soit sans dette, a répondu Mark Sutcliffe, qui dit avoir eu de nombreuses conversations avec le ministre des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark.

Mark Sutcliffe veut voir de nouveaux logements et des logements abordables dans sa ville (archives).

D’autres maires ontariens et l’opposition officielle ont vivement critiqué le projet, défendu par le premier ministre Doug Ford. Mark Sutcliffe n’appartient pas à ce groupe. Je comprends l’argument de Doug Ford, mais il y a des implications économiques pour la ville d’Ottawa.

En fin de compte, nous voulons tous la même chose : construire plus de logements, d’autant plus que la population d’Ottawa augmentera de 500 000 personnes au cours des 25 prochaines années, a-t-il dit.

à lire  Champagne et biscuit rose de Reims

Voir l’article :
La technique de respiration lunaire, également appelée « Moon Breathing », est un exercice…

Un système de transport à changer

Dans ses priorités, Mark Sutcliffe n’oublie évidemment pas le métro léger, dont les déboires successifs ont forcé le gouvernement ontarien à nommer une commission d’enquête, qui a conclu qu’il avait été lancé pour « des raisons politiques et financières ». L’ancien maire Jim Watson a finalement pris le blâme pour ces erreurs. Ceci pourrez vous intéresser : « Dormir avec ses petits, c’est un mammifère ! » : L’astuce de Myriam….

M. Sutcliffe dit qu’il a lu les recommandations et veut se concentrer sur elles. Il souhaite également se pencher sur la nouvelle direction que devrait prendre OC Transpo.

Des changements doivent être apportés pour s’adapter à la nouvelle réalité de la pandémie. Ce n’est plus la même qu’avant. Les gens voyagent différemment, le système doit donc être différent.

Les citoyens ne prennent plus le bus comme avant. Mark Sutcliffe dit qu’OC Transpo (dossiers) doit s’adapter.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Voir l’article :
Comment faire pour ne pas se réveiller la nuit ? Comment bien…

Garder le conseil uni

Tous ces projets, le maire ne peut pas les faire seul. Ils devront se faire en accord avec le nouveau conseil qui apprend doucement à se connaître.

Il faut une approche collaborative et ouverte pour donner le bon exemple. Il ne veut pas présider un conseil municipal divisé qui fait perdre un temps considérable au lieu d’aller de l’avant avec un débat sain, a-t-il déclaré. Les élus et les citoyens d’Ottawa ont déjà constaté une telle situation lors du dernier mandat de Jim Watson.

J’espère que nous n’aurons pas de gros combats et que nous travaillerons plutôt ensemble. Jusqu’à présent, c’est ce que nous avons fait. Je pense qu’il y a un bon ton qui a été donné. Il y a une bonne collaboration et un bon accord dans nos réunions.

Mark Sutcliffe est au centre de l’attention du nouveau conseil municipal d’Ottawa, mais il insiste sur l’importance du travail d’équipe (archives).

Photo: Radio-Canada / Jean Delisle

C’est un contraste frappant avec le Mark Sutcliffe que le public a rencontré pendant la campagne électorale. Avec 14 candidats à la mairie, il savait qu’il devait se démarquer.

Ainsi, il n’a pas hésité à enfiler les gants de boxe pour tirer le meilleur parti de ses adversaires, notamment lorsqu’il s’agissait de Catherine McKenney.

Sa stratégie a payé. Le marathonien d’expérience a franchi la ligne d’arrivée en première place, ce qui lui permet maintenant de mener la Ville d’Ottawa.

Avec les informations de Frédéric Pepin