Bronchiolite, bons réflexes – Toute l’actualité gratuite en un clic

Photo of author

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

Alors que l’épidémie de bronchiolite qui frappe la France depuis l’automne a saturé les urgences pédiatriques depuis plusieurs semaines, on passe en revue les mesures à prendre pour éviter la contamination chez les jeunes enfants et les réflexes pour bien performer en cas d’infection.

Selon les données de la santé publique française, plus de 6 800 enfants de moins de deux ans ont été admis aux urgences chaque semaine en novembre pour une bronchiolite, une maladie virale très contagieuse qui affecte l’appareil respiratoire et peut avoir des conséquences graves chez les sujets jeunes. concerne les autorités sanitaires. Pour lutter contre cette épidémie dans un contexte où les professionnels de la santé sont déjà débordés par une nouvelle vague de grippe et de Covid-19, les autorités partagent des conseils et des mesures préventives qui pourraient s’avérer salvatrices. Vous y apprendrez comment reconnaître les symptômes de la maladie, limiter sa propagation et quoi faire si vous suspectez une infection.

LA BRONCHIOLITE, UNE PATHOLOGIE RESPIRATOIRE FRÉQUENTE La bronchiolite est l’une des maladies respiratoires les plus fréquentes chez les bébés de moins de deux ans (environ 35 000 hospitalisations en France chaque hiver), mais cette année l’épidémie est massive et prématurée. Elle est le plus souvent causée (50 à 80 % des cas) par un virus appelé virus respiratoire syncytial, ou VRS, qui se transmet par la salive, les éternuements, les mains, voire des objets (tétines, jouets, téléphone, meubles, biberons, etc.). ). ). Bien qu’il puisse également toucher les adultes et les enfants plus âgés, chez ces derniers, il est généralement bénin et provoque généralement un simple rhume et peut même être asymptomatique. Par conséquent, ils peuvent être contagieux sans s’en rendre compte ou en montrer le moindre signe. Cependant, les nourrissons dont le système respiratoire est encore immature et donc fragile peuvent développer des formes plus sévères qui les exposent à un risque d’infection pulmonaire et ont besoin d’oxygène, de respiration et d’un soutien nutritionnel.

à lire  Sommeil perturbé des enfants, augmentation de la tension mentale des mères

SYMPTÔMES CHEZ LES NOURRISSONS Bien que la bronchiolite débute généralement par un simple rhume, un nez bouché ou qui coule, une fièvre modérée et une toux légère, elle peut s’aggraver. Puis la toux devient sifflante et plus fréquente, l’enfant a des problèmes respiratoires, alimentaires (boit moins de la moitié des biberons à trois repas consécutifs, ne peut pas téter, vomit systématiquement) et du sommeil, il est agité ou au contraire carencé. Ton. Si ces signes cliniques apparaissent, soyez particulièrement vigilant si votre bébé a moins de 6 semaines, s’il est prématuré et âgé de moins de 3 mois, ou s’il a une maladie cardiaque, des problèmes respiratoires ou des problèmes du système immunitaire.

QUE FAIRE EN CAS D’INFECTION ? Si votre enfant présente l’un des symptômes ci-dessus, appelez immédiatement votre médecin généraliste ou votre pédiatre, et si ce dernier n’est pas disponible, appelez le 15 et rendez-vous aux urgences pour obtenir de l’aide. un professionnel de la santé peut confirmer le diagnostic. Tout d’abord, ne donnez pas d’antibiotiques car ils sont inefficaces car la bronchiolite est causée par un virus et non par une bactérie. Aussi, évitez les sirops contre la toux et les diluants, une toux qui aide à dégager les bronches, et dans tous les cas, ces agents sont contre-indiqués chez les enfants de moins de 6 ans. Si les signes cliniques peuvent être impressionnants, vous pouvez en être sûr : dans la plupart des cas, la maladie s’améliorera spontanément en 5 à 10 jours, même si la toux peut durer jusqu’à 4 semaines. Pour apaiser votre enfant, nettoyez-lui le nez avec du sérum physiologique et gardez son dos droit lorsqu’il est éveillé pour qu’il puisse mieux respirer, donnez-lui à boire régulièrement, assurez-vous qu’il mange suffisamment (s’il a des difficultés, proposez-lui plus de nourriture souvent mais en petites quantités ), aérez votre logement et couchez-le sur le dos. Suivez également attentivement les méthodes de traitement prescrites et surveillez son état dans les premiers jours de la maladie.

à lire  Rats, cafards, trous : 84 infractions pour un immeuble de Toronto

ÉVITER LA CONTAMINATION Mieux vaut prévenir que guérir, mettez en place dès maintenant des gestes barrières simples pour réduire les risques d’infection. Lavez-vous soigneusement les mains pendant 30 secondes avec de l’eau et du savon ou utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool avant et après un quart de travail, ainsi qu’avant chaque tétée, câlin, biberon ou repas. Ne partagez pas leurs biberons, sucettes ou couverts non lavés et nettoyez régulièrement leurs jouets, peluches et vagin. Autant que possible, évitez de l’emmener dans des lieux publics fermés comme les transports en commun ou les centres commerciaux, et aérez la pièce où il dort au moins 10 minutes par jour. Si vous ou votre entourage (grands-parents, frères et sœurs) avez un rhume, portez un masque lorsque vous vous occupez de votre enfant, évitez de l’embrasser et couvrez-vous la bouche avec votre coude lorsque vous toussez ou éternuez. Enfin, ne fumez pas en présence d’enfants, un conseil que nous vous recommandons toujours de suivre, épidémie ou non.