44 morts dans nos rues, une année noire

Photo of author
Written By Jane Legaet

Rédactrice spécialisée dans le sommeil et la literie depuis 2012

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Depuis le début de l’année, 44 personnes ont perdu la vie dans les rues de La Réunion. Le soir du Nouvel An, la police est sur le qui-vive.

Le péage routier s’alourdit. En 2021, 41 personnes ont perdu la vie sur nos routes. Cette année, 44 victimes ont été recensées, à quelques jours du réveillon. Un nombre proche de ceux d’avant la crise du covid, où la moyenne était de 46 tués par an. Entre 2019 et 2021, il était descendu à 40. Les données sont à replacer dans le cadre des mesures sanitaires et du couvre-feu, où le trafic était moins important.

Cette année, 40 hommes sont morts sur les routes, pour quatre femmes. Dans la majorité des cas, les victimes sont jeunes, entre 18 et 35 ans. 17 au total. Trois adolescents ont perdu la vie dans des accidents et deux enfants, âgés de 4 et 8 ans. Le 18 juillet, un incident tragique a profondément choqué La Réunion. Un groupe de quatre jeunes était descendu de La Rivière Saint-Louis dans la nuit, lorsque le conducteur a perdu le contrôle du véhicule et a heurté un mur sur le côté. Les trois jeunes hommes et le jeune passager sont tous morts dans l’accident.

« Dans le domaine de la gendarmerie, il y a eu au total 156 incidents corporels, soit une diminution de 44% », indique Jean-Christophe Bellomia, commandant de l’EDSR (Escouade départementale de sécurité routière). « Il y a aussi moins de blessés mais le nombre de 31 tués reste le même. Cela s’explique notamment par un plafond de verre au bout des usagers les plus vulnérables. »

à lire  Algérie : le navire Tarik Ibn Ziyad détenu en Espagne

Ce sont notamment les conducteurs de deux roues. Dans le département, 16 motards et trottinettes ont perdu la vie depuis le début de l’année. Perte de contrôle, collision avec une voiture, pluie, les facteurs sont multiples. Les piétons (10) et les cyclistes (5) sont également des usagers de la route particulièrement vulnérables. En mai dernier, trois piétons ont été tués par balles à Sainte-Marie et Saint-André en moins d’une semaine. Cette année, 13 conducteurs ou passagers sont décédés dans une voiture.

Parmi les explications possibles, le même triptyque ressort chaque année : conduites addictives, rapidité et non respect des priorités. « La nuit, les week-ends et les jours fériés sont les périodes où surviennent des accidents graves dus à des comportements dangereux », commente le commandant Bellomia. Attention à ce problème, alcool et zamal en tête, policiers et gendarmes multiplient les contrôles dans nos rues chaque week-end, notamment à la sortie des discothèques de l’Ouest.

Vient ensuite l’excès de vitesse. « Pendant le Covid, nous avons remarqué que les usagers de la route misent sur les vitesses élevées, notamment la nuit sur les routes les plus fluides, explique le commandant Bellomia. Avec la levée des mesures de couvre-feu, nous observons que beaucoup n’ont pas perdu cette mauvaise habitude. Les vitesses constatées ont augmenté de 10% Chaque semaine, les permis sont retirés à ceux qui volent à la vitesse qui dépasse parfois les 150 km/h.

L’année n’est pas encore terminée. Le soir du Nouvel An, la police est sur le qui-vive. « Nous avons sensibilisé les chauffeurs et distribué plus de 3 000 éthylotests », explique le commandant Bellomia. « Nous poursuivons les actions répressives à la recherche de crimes graves. Le 31, nous serons dehors, toute la nuit. »

à lire  Quel matelas choisir ? Nos 7 critères pour choisir le meilleur matelas avec Hypnia

> Chiffres des années précédentes

> Silhouettes noires pour la prévention

Vous les avez certainement remarqués sur le bord de la route. En novembre dernier, 26 silhouettes noires ont été installées sur les lieux des accidents mortels de 2021, entre Saint-Denis et Saint-Paul. Cette opération a été réalisée pour la 8ème fois par le lycée Léon-Lépervanche du Port. « Quand on voit une silhouette, on lève instinctivement les pieds », précise la préfecture.